Löw : « Il y aura du suspense dans ce groupe »

Le sélectionneur Joachim Löw a réagi après le tirage au sort de la Coupe du monde 2018, qui a donné le Mexique, la Suède et la Corée du Sud comme adversaires de la Mannschaft au premier tour.

Question : Joachim Löw, vos adversaires au premier tour de la Coupe du monde seront le Mexique, la Suède et la Corée du Sud, êtes-vous satisfait de ce tirage ?

Joachim Löw : C’est sûr que je ne suis pas affolé, mais ce groupe n’est pas sans risque. Le Mexique évolue à un excellent niveau technique et tactique. La Suède a sorti l’Italie, il faut donc les respecter. Il y aura du suspense dans ce groupe.

Question : Vous débuterez face au Mexique au stade Loujkini de Moscou, là où se déroulera la finale. Est-ce une bonne chose pour motiver ses joueurs ?

Joachim Löw : Oui, l’atmosphère à Moscou sera particulière et le Mexique est un super adversaire pour débuter. Nous les avons certes battus 4-1 à la Coupe des confédérations, mais cette équipe nous a mis en difficulté avec son jeu flexible et variable.

Question : Votre équipe sera donc dans le grand bain d’entrée de jeu…

Joachim Löw : Le premier match n’est de toute façon jamais simple, c’est le premier pas après la période de préparation. Nous avions très bien débuté en 2014, en 2010 également, mais nous avons à chaque fois trébuché lors du deuxième match. En tant qu’entraîneur, on sait qu’on doit monter en puissance en cours de tournoi.

Question : Le match face aux Suédois aura lieu à Sotchi. Cela vous arrange-t-il, vous qui vouliez établir le camp de base de l’équipe au bord de la mer noire ?

Joachim Löw : Ce n’est pas forcément mon souhait, mais il est vrai que nous y avions passé un bon moment l’été dernier (lors de la Coupe des confédérations, ndlr). Nous allons maintenant étudier chaque option calmement, voir quelles distances nous aurons à parcourir et nous prendrons une décision bientôt. Mais Moscou, Sotchi et Kazan sont déjà de bonnes villes pour nous. Il n’y aura pas de long voyage à Saint-Pétersbourg.

Question : Est-il possible que vous changiez de camp de base en cours de tournoi ?

Joachim Löw : Nous ne l’avons pas encore évoqué, mais rien n’est décidé pour le moment.

Question : En 2013 s’était joué ce fameux Suède-Allemagne, avec un score final de 4-4 malgré une avance de quatre buts à l’heure de jeu…

Joachim Löw : Cette fois-ci, il va falloir que nous menions 5-0 pour être en sécurité ! Ils sont effectivement dangereux. La Suède est bien organisée, disciplinée, forte en défense.

Question : Et la Corée du Sud ?

Joachim Löw : Les Sud-Coréens courent beaucoup et sont disciplinés. Quand il le faut, ils courent deux fois plus que n’importe quelle autre équipe en temps normal.

Question : Si tout se passe bien, l’équipe d’Allemagne pourrait éviter tous les autres favoris jusqu’aux demi-finales. Est-ce un tirage de rêve ?

Joachim Löw : C’est ce que vous pensez ! Il y a aussi la Belgique, qui dispose d’une excellente équipe avec de super joueurs. Pour atteindre la finale, il faut de toute façon éliminer deux ou trois favoris.

Question : Quels sont les pièges à éviter ?

Joachim Löw : Celui de penser qu’on peut se contenter d’être à 80% ou 90% contre la Suède ou la Corée du Sud. Ces équipes vont se battre et vont absolument tout donner pour atteindre les huitièmes de finale. Il faut être prêt à chaque match. C’est une leçon que j’ai apprise.

[dfb]

Le sélectionneur Joachim Löw a réagi après le tirage au sort de la Coupe du monde 2018, qui a donné le Mexique, la Suède et la Corée du Sud comme adversaires de la Mannschaft au premier tour.

Question : Joachim Löw, vos adversaires au premier tour de la Coupe du monde seront le Mexique, la Suède et la Corée du Sud, êtes-vous satisfait de ce tirage ?

Joachim Löw : C’est sûr que je ne suis pas affolé, mais ce groupe n’est pas sans risque. Le Mexique évolue à un excellent niveau technique et tactique. La Suède a sorti l’Italie, il faut donc les respecter. Il y aura du suspense dans ce groupe.

Question : Vous débuterez face au Mexique au stade Loujkini de Moscou, là où se déroulera la finale. Est-ce une bonne chose pour motiver ses joueurs ?

Joachim Löw : Oui, l’atmosphère à Moscou sera particulière et le Mexique est un super adversaire pour débuter. Nous les avons certes battus 4-1 à la Coupe des confédérations, mais cette équipe nous a mis en difficulté avec son jeu flexible et variable.

Question : Votre équipe sera donc dans le grand bain d’entrée de jeu…

Joachim Löw : Le premier match n’est de toute façon jamais simple, c’est le premier pas après la période de préparation. Nous avions très bien débuté en 2014, en 2010 également, mais nous avons à chaque fois trébuché lors du deuxième match. En tant qu’entraîneur, on sait qu’on doit monter en puissance en cours de tournoi.

Question : Le match face aux Suédois aura lieu à Sotchi. Cela vous arrange-t-il, vous qui vouliez établir le camp de base de l’équipe au bord de la mer noire ?

Joachim Löw : Ce n’est pas forcément mon souhait, mais il est vrai que nous y avions passé un bon moment l’été dernier (lors de la Coupe des confédérations, ndlr). Nous allons maintenant étudier chaque option calmement, voir quelles distances nous aurons à parcourir et nous prendrons une décision bientôt. Mais Moscou, Sotchi et Kazan sont déjà de bonnes villes pour nous. Il n’y aura pas de long voyage à Saint-Pétersbourg.

Question : Est-il possible que vous changiez de camp de base en cours de tournoi ?

Joachim Löw : Nous ne l’avons pas encore évoqué, mais rien n’est décidé pour le moment.

Question : En 2013 s’était joué ce fameux Suède-Allemagne, avec un score final de 4-4 malgré une avance de quatre buts à l’heure de jeu…

Joachim Löw : Cette fois-ci, il va falloir que nous menions 5-0 pour être en sécurité ! Ils sont effectivement dangereux. La Suède est bien organisée, disciplinée, forte en défense.

Question : Et la Corée du Sud ?

Joachim Löw : Les Sud-Coréens courent beaucoup et sont disciplinés. Quand il le faut, ils courent deux fois plus que n’importe quelle autre équipe en temps normal.

Question : Si tout se passe bien, l’équipe d’Allemagne pourrait éviter tous les autres favoris jusqu’aux demi-finales. Est-ce un tirage de rêve ?

Joachim Löw : C’est ce que vous pensez ! Il y a aussi la Belgique, qui dispose d’une excellente équipe avec de super joueurs. Pour atteindre la finale, il faut de toute façon éliminer deux ou trois favoris.

Question : Quels sont les pièges à éviter ?

Joachim Löw : Celui de penser qu’on peut se contenter d’être à 80% ou 90% contre la Suède ou la Corée du Sud. Ces équipes vont se battre et vont absolument tout donner pour atteindre les huitièmes de finale. Il faut être prêt à chaque match. C’est une leçon que j’ai apprise.

###more###