La DFB

Histoire de la DFB

Le développement de la DFB, qui compte aujourd’hui parmi les plus importantes associations professionnelles dans le monde du sport, est à l’image de la propagation triomphale du football sur tous les continents de la planète : irrésistible. Aujourd’hui, le rôle qu’elle joue au sein de la société allemande est devenu considérable.

L’un des pionniers du football en Allemagne était le professeur Konrad Koch, l’auteur des « Règles du football » en 1874, une époque à laquelle ce sport venu d’Angleterre avait la vie dure. En Allemagne, les débuts sont difficiles pour le ballon rond, qualifié de « maladie anglaise » par certains observateurs. Karl Planck, professeur de sport, écrivait par exemple en 1898 que les mouvements réalisés par les footballeurs étaient comparables à la gestuelle des singes.

Fort heureusement, tout le monde ne le voyait pas de cette façon : dans l’Empire allemand, le football prenait son envol et rien ne pouvait l’arrêter. Des clubs de football et des championnats étaient mis sur pied, même des rencontres non officielles face à la France et l’Angleterre étaient organisées. Ce sport nouveau gagne alors en popularité, notamment auprès des jeunes, et n’était encore un mélange de football et de rugby.

C’est avant tout à Berlin que la popularité du football explose, si bien qu’en 1890, c’est dans la capitale allemande qu’est fondée l’Union des Footballeurs Allemands ; mais en dehors de Berlin, cette nouvelle association a du mal à convaincre. Ce n’est que dix ans plus tard que fut crée la DFB, issue de la volonté de disposer d’une association centrale, disposant d’un calendrier structuré ainsi que d’un règlement obligatoire. L’une des premières règles imposées par la DFB a été d’imposer l’utilisation d’une barre transversale pour délimiter la partie supérieure du but, et non plus d’une simple corde, comme il était coutume jusque-là.

C’est à l’occasion de la « fête du sport allemand » organisée à Leipzig au mois de juillet 1899 que fut discutée la création d’une fédération nationale de football. L’Association des Sports de Balle de Leipzig fut chargée d’organiser la constitution d’une assemblée générale qui voterait, ou non, pour la création d’une telle fédération. La première assemblée générale ne donne alors pas de résultat, mais le 28 janvier 1900, le moment est venu : au « Mariengarten » de Leipzig, par 62 voix contre 22, la création de la Deutscher Fußball-Bund (DFB) est votée et Ferdinand Hueppe en devient le premier président.

La première pierre était posée, la première d’une longue série : création du championnat d’Allemagne en 1903 et de la sélection nationale allemande en 1908, mise en place d’associations nationales et régionales et organisations d’assemblées générales régulières. Ces assemblées générales étaient d’abord organisées sur une base annuelle, puis tous les deux ans après la guerre. En 1983, la DFB décide finalement de se réunir en assemblée générale tous les trois ans.

Par la suite, le football ne cesse de prendre une place de plus en plus importante. Dans les années 1920, il est déjà le sport le plus populaire et des stades sont construits partout dans le pays pour faire face. Jouer au ballon devient une activité dominicale privilégiée – les sceptiques, eux, sont de moins en moins nombreux.

En 1933, le régime nazi incorpore la DFB au sein du « Service spécial football », mais le jeu reste le même et l’enthousiasme ne cesse d’augmenter. Lorsque l’Allemagne accueille l’Angleterre ou l’Italie championne du monde dans les années 1930 au Stade olympique de Berlin, ce sont plus de 100 000 spectateurs qui prennent place dans les gradins. Il en va de même pour les finales du championnat allemand, également disputées dans la capitale allemande. La sélection nationale, elle, participe aux Coupes du monde de 1934 et 1938, après avoir renoncé à participer à celle de 1930 en Uruguay.

Après la deuxième guerre mondiale, alors que le pays est détruit et que la population peine à se loger et à se nourrir, le football sert d’échappatoire à ceux qui souffrent au quotidien. Six semaines après la capitulation du 8 mai 1945, le Bayern Munich recommence déjà à jouer – les autorités militaires américaines procèdent alors immédiatement à l’arrestation du président du club, le match n’ayant pas été autorisé.

Mais le ballon ne pouvait tout simplement pas s’arrêter de rouler. Le 4 novembre 1945, les ligues du nord et du sud disputent leur première journée de championnat. La DFB, elle, est remise sur pied le 1er juillet 1949 lors d’une cérémonie organisée à l’opéra de Stuttgart ; lorsque le comité exécutif de la FIFA admet à nouveau l’Allemagne comme pays membre le 22 septembre 1950, c’est au tour de la Nationalmannschaft de signer son grand retour.

Deux mois plus tard, le 22 novembre 1950, l’Allemagne affronte la Suisse en amical – c’est le premier match de l’équipe d’Allemagne depuis la guerre. Plus de 100 000 personnes affluent vers le Neckarstadion de Stuttgart - impossible de faire rentrer tout le monde. La foule immense n’aurait en effet manqué ce match amical pour rien au monde : il marquait le début d’une nouvelle ère, celle d’une Allemagne avec laquelle le reste du monde a de nouveau envie de jouer. Un championnat U19 est mis sur pied en 1969 et les femmes obtiennent leur premier championnat en 1973.

En 1990 a lieu un autre évènement historique : le 21 novembre à Leipzig, dans le cadre de la Réunification allemande, la « Ligue de football du nord-est » voit le jour et devient membre de droit de la DFB ; un jour plus tôt, la Fédération d’Allemagne de l’est de football (DFV) était dissoute.

Malgré la Réunification, les 38 ans d’existence de la DFV font partie intégrante de l’histoire du football allemand. Admise à la FIFA en 1952, elle dispute son premier match la même année : le 21 septembre 1952, l’Allemagne de l’est domine la Pologne sur le score de 3-0 à Varsovie. 292 autres matchs suivront. La sélection ne participe qu’à une seule Coupe du monde, mais le football allemand s’en souvient encore : le 22 juin 1974, l’Allemagne de l’est remporte une victoire légendaire face aux futurs Champions du monde de l’Allemagne de l’Ouest sur le score de 1-0, à Hambourg. Le seul but du match est inscrit par Jürgen Sparwasser – un nom qui résonne encore aujourd’hui.

En 38 ans, le football est-allemand a eu le temps de remporter plusieurs succès. La sélection a remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques de Montréal en 1976 en battant la Pologne 3-1 en finale. Deux années plus tôt, c’est le 1. FC Magdebourg qui remporte la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe – le plus grand succès de l’Allemagne de l’est en football de club.

Les succès bien plus nombreux du football d’Allemagne de l’ouest s’expliquent notamment par la professionnalisation initiée avec la création de la Bundesliga en 1963. L’idée de la création d’une ligue nationale était débattue depuis 1908 mais se heurtait alors à beaucoup de méfiance. Sa création fut rejetée lors de nombreuses assemblées générales, mais l’idée demeurait, notamment car les pays voisins disposaient déjà d’un tel championnat à échelle nationale.

Un salaire maximum est instauré en 1950 pour faire face aux caisses noires, qui étaient monnaie courante dans les décennies précédentes, menant même à l’expulsion de Schalke 04 de la Fédération de football d’Allemagne de l’ouest en 1930, pour une durée d’un an. Après la création de la Bundesliga en 1963, les plafonnements de salaires disparaissent très vite. Aujourd’hui, les principes de l’économie de marché s’appliquent au football et des sommes d’argent colossales circulent dans ce sport à l’origine si moqué.