Compétitions Européennes

L’EUROPE

L’histoire des clubs allemands en compétitions européennes est faite de triomphes et de moments inoubliables : 41 finales disputées, 17 gagnées et des grandes soirées de football que l’on ne compte plus - mais aussi des déceptions, des désillusions et des larmes qui ont contribué à forger l’aura des compétitions européennes.

Rot-Weiss Essen est la première équipe allemande à disputer un match de coupe d’Europe, le 14 septembre 1955. Pour des débuts, le club de la Ruhr aurait pu rêver mieux : Essen s’incline 4-0 face à Hibernian, champion d’Ecosse en titre, et est éliminé de la compétition dès le premier tour. Un mauvais présage pour la suite ? Le 18 mai 1960, l’Eintracht Francfort dispute la première finale de Coupe d’Europe de l’histoire du football allemand mais ne peut rien faire face au grand Real Madrid, qui remporte sa 5e C1 consécutive en dominant les « Aigles » sur le score de 7 à 3.

Il a fallu attendre 6 années supplémentaires avant de voir un club allemand triompher en Europe : le 5 mai 1966, Liverpool s’incline 2-1 face au Borussia Dortmund en finale de la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe, sur des buts de Siegfried Held and Stan Libuda. Trois ans après la création de la Bundesliga, la malédiction était brisée.

Un an plus tard, c’est le Bayern Munich qui remporte la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe – la première d’une longue série pour le club bavarois, qui est aujourd’hui l’un des rares clubs à avoir remporté les trois trophées européens. Les seuls autres clubs à avoir réalisé cet exploit sont Chelsea, le FC Barcelone, la Juventus et l’Ajax Amsterdam.

Au niveau européen, le Bayern a réalisé un autre exploit qui n’a jamais été imité depuis : celui de remporter consécutivement trois C1, de 1974 à 1976. Avant le Bayern, seuls l’Ajax d’Amsterdam et le Real Madrid y étaient parvenus. Depuis la création de la Ligue des champions (1992), aucune équipe n’est même parvenue à défendre son titre…

Si le Bayern a remporté de nombreux succès en compétitions européennes, il a aussi vécu de cruelles désillusions. Parmi elles, la finale de 1999 à Barcelone occupe une place de choix. Les Bavarois se voyaient déjà soulever la Coupe, mais c’était sans compter sur la hargne de Manchester United qui, dans le temps additionnel, inscrit deux buts en l’espace de 103 secondes pour l’emporter 2-1. De quoi faire sombrer le Bayern mentalement ? Au contraire – cette cruelle défaite a eu l’effet d’endurcir ses joueurs, qui remporteront la Ligue des champions deux ans plus tard face au FC Valence, à Milan.

Pour le Bayern, les mauvais souvenirs de 1999 ont refait surface 13 ans plus tard, le 19 mai 2012. Le Bayern joue ce soir-là une finale de Ligue des champions à domicile, la fameuse « Finale dahoam », face au FC Chelsea de Didier Drogba. Après avoir dominé la rencontre de bout en bout, le Bayern s’incline lors de la séance de tirs au but – à l’Allianz Arena, devant ses supporters. Mais comme après 1999, cette défaite va pousser les joueurs à se dépasser : un an plus tard, le Bayern remporte la Ligue des champions à Wembley, en battant en finale le Borussia Dortmund lors d’une finale inédite 100% allemande.

Une autre grande victoire a été celle du FC Magdebourg en finale de la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe : une victoire 2-0 face au Milan AC à Rotterdam, en 1974. Il s’agit de la seule victoire d’un club de RDA en Coupe d’Europe – plus tard, Carl Zeiss Jena (1981) et Lokomotive Leipzig (1987) se hissent eux aussi jusqu’en finale, mais s’inclinent respectivement face au Dynamo Tbilissi et l’Ajax Amsterdam.

Durant les années 70 et 80, les clubs de Bundesliga ont marqué de leur empreinte les compétitions européennes. En 1980, chaque demi-finaliste de la Coupe de l’UEFA est issu de la Bundesliga ; la finale sera remportée par l’Eintracht Francfort face au Borussia Mönchengladbach. La même année, Hambourg atteint la finale de la Coupe des clubs champions européens, mais s’incline 1-0 face à Nottingham Forest. En 1975, le Bayern Munich et le Borussia Mönchengladbach propulsent le football allemand sur le toit de l’Europe en remportant respectivement la Coupe des clubs champions européens et la Coupe de l’UEFA.

Même lorsque l’équipe d’Allemagne était en crise après la Coupe du monde de 1982, le football allemand restait à la pointe de l’Europe : le 25 mai 1983 à Athènes, le Hambourg SV de Horst Hrubesch domine la Juventus de Michel Platini sur le score de 1-0 en finale de la Coupe des clubs champions européens, grâce à une magnifique frappe lointaine de Felix Magath.

Une dizaine d’années plus tard, c’est toute une région allemande qui monte sur le trône : celle de la Ruhr, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Au mois de mai 1997, Schalke 04 et le Borussia Dortmund, les rivaux de toujours, font la fierté de leurs supporters en remportant chacun une finale européenne en l’espace d’une semaine.

Le BVB remporte sa finale face à la Juventus à Munich, devenant ainsi le premier club allemand à remporter la nouvelle version de la C1, nommée Ligue des champions. En cette soirée du 28 mai 1997, c’est Lars Ricken qui grave son nom dans le marbre en inscrivant le troisième but de son équipe seulement 20 secondes après être entré en jeu. Quelques jours plus tôt, c’est Schalke 04 qui remporte sa double confrontation contre un autre club italien, l’Inter : après avoir remporté la première manche 1-0 à domicile, Schalke s’incline 0-1 au match retour à Milan mais remporte la séance de tirs au but grâce à un grand Jens Lehmann.

Oliver Kahn, futur rival de Jens Lehmann en sélection, a lui aussi montré toute l’étendue de son talent lors de la finale de la Ligue des champions de 2001 remportée face au FC Valence, également à Milan ; entre cette finale et celle de Wembley en 2013, douze ans ont passé sans aucun triomphe allemand en compétition européenne.

La grande histoire des clubs de Bundesliga en Europe ne se résume pourtant pas à des victoires. Ceux qui ont vécu le « scandale du Bökelberg » à l’automne 1971 sont sans doute encore en colère aujourd’hui. Pour son huitième de finale aller de la Coupe des clubs champions européens le 20 octobre 1971, l’Inter Milan, championne d’Italie en titre, se rend à au stade Bökelberg de Mönchengladbach – les « Poulains » en feront de la bouillie pour chat en l’emportant sur le score incroyable de 7 buts à 1. Néanmoins, à la 28e minute de jeu, le Milanais Roberto Boninsegna est remplacé après s’être roulé par terre – supposément de douleur – quelques instants après avoir été percuté à l’épaule par une canette de limonade vide. En conséquence, le Borussia Mönchengladbach est sanctionné de trois matchs à huis-clos par la commission de discipline de l’UEFA, qui ordonne également que le match soit rejoué. Mönchengladbach concédera un match nul 0-0 au Stade Olympique de Berlin ainsi qu’une défaite 2-4 à Milan, synonyme d’élimination. La canette de limonade, elle, est aujourd’hui visible au musée du Borussia.

Le Werder Brême, club relativement anonyme avant les années 1980, n’a mis que quelques années à inscrire son nom en grandes lettres vertes sur la carte du football européen grâce notamment à quatre rencontres de légende, que l’on appelle aujourd’hui les « miracles de la Weser ». En 1981, Otto Rehhagel devient l’entraîneur en chef du Werder, qui venait de remonter en Bundesliga suite à un passage éclair en Bundesliga 2-Nord. En quelques années, « le roi Otto » hisse le Werder vers le haut du classement et qualifie plusieurs fois le club pour l’Europe.

Le premier miracle a lieu le 4 novembre 1987 : après une défaite 1-4 face au Spartak Moscou au deuxième tour de la Coupe de l’UEFA, le Werder réussit l’impossible au match retour en l’emportant 6-2 en prolongations. Un an plus tard, en Coupe des clubs champions européens, le Werder s’incline 0-3 à Berlin face au BFC Dynamo, mais le 11 octobre 1988, les joueurs de la hanse renversent la vapeur et l’emportent 5-0 face au champion de RDA grâce notamment à un but de Thomas Schaaf, qui deviendra l’entraîneur du club quelques années plus tard. Le 8 décembre 1993, le Werder est mené 0-3 à la 66e minute par Anderlecht en Ligue des champions : le score final sera de 5-3 pour Brême grâce à une remontée fantastique et cinq buts marqués en l’espace de 24 minutes. Enfin, en Coupe de l’UEFA 1999/2000, le Werder revient de son déplacement à Lyon avec une lourde défaite 0-3 dans les bagages. Mais le 4 décembre 1999, Marco Bode, Andreas Herzog, Frank Baumann et Claudio Pizarro permettent à Brême de l’emporter 4-0 face à l’Olympique lyonnais et de se qualifier pour le prochain tour à la surprise générale. Même Diego Maradona a subit une lourde défaite à Brême : avec le Napoli, il s’y incline sur le score de 5-1 en 1989.

Les performances des équipes de Bundesliga féminine en compétition européenne sont tout aussi remarquables. En 2001/2002, la Coupe féminine de l’UEFA voit le jour ; elle est renommée Ligue des champions féminine de l’UEFA en 2009. Depuis 2001, le 1. FFC Francfort a été quatre fois champion d’Europe (2002, 2006, 2008, 2015), Turbine Potsdam et Wolfsburg deux fois chacun (2005 et 2010 pour Potsdam, 2013 et 2014 pour Wolfsburg) et FCR Duisburg une fois (2009).