Actus

Voss-Tecklenburg : « Ce mondial ne doit pas être considéré comme un échec »

La Nationalmannschaft n’a pas réussi à atteindre le dernier carré. Les joueuses Martina Voss-Tecklenburg se sont inclinées en quart de finale contre la Suède (2-1). La sélectionneuse est revenue sur cette élimination, qui empêche dans le même temps son équipe de se qualifier pour les prochains Jeux Olympiques.

Question : Madame Voss-Tecklenburg, vous avez déclaré avant le tournoi que le premier objectif était de se qualifier pour les JO. Quel est le poids de cet échec ?

Martina Voss-Tecklenburg : C’est difficile de le mesurer maintenant. Je regarde l’aspect sportif, ce tournoi nous a fait du bien dans notre processus actuel de développement. Chaque tournoi aide les jeunes joueuses à progresser. Nous n’avons pas réussi à nous qualifier pour les JO, parce que les équipes européennes sont très proches les unes des autres, en terme de niveau de jeu. Nous avons pu le vérifier lors du match contre la Suède. Ça ne doit pas être considéré comme un échec. Nous devons nous fixer de nouveaux objectifs, et nous tourner vers la qualification pour le prochain EURO.

Question : Dzsenifer Marozsan a-t-elle suivi les consignes qui vous lui aviez fixées en deuxième période ?

Voss-Tecklenburg : Oui, elle les a suivies.

Question : Avant le quart de finale, vous avez affirmé que l’Allemagne faisait toujours partie du sommet du football mondial. Cette déclaration est-elle en accord avec le résultat du match ?

Voss-Tecklenburg : C’est une question de définition : Quelle est la taille du sommet ? La partie était vraiment très serrée. Nous montrons toujours de belles choses. Ce qui nous manque c’est la constance, la capacité à relever la tête lorsque nous subissons un coup dur. C’était la première fois que nous vivions cela lors de cette compétition. Maintenant, nous devons analyser calmement pourquoi nous n’avons pas bien su gérer ce moment.

Question : De manière générale, l’équipe a-t-elle manqué d’expérience pour faire face à ce genre de situation ?

Voss-Tecklenburg : On a pu voir, dans certaines situations, que nous avions face à nous un adversaire un peu plus robuste. Mais il y a aussi eu beaucoup de choses positives. Je voudrais parler de Giulia Gwinn, qui a fait un excellent tournoi. Nous devons aussi regarder comment l’équipe va encore évoluer. Il y a deux, trois joueuses plus âgées, nous devons également déterminer ce qu’il va se passer avec elles.

Question : Doit-il y avoir un grand débat de fond, également avec les clubs et la fédération ?

Voss-Tecklenburg : Nous devons tirer les conséquences de cette défaite, nous sommes en contact avec toutes les parties prenantes. Il va falloir analyser comment nous pouvons développer le potentiel de nos joueuses. Je n’ai pas peur. Ce n’est pas parce que nous avons perdu un match qu’il faut tout remettre en question.

Question : L’équipe nationale a reçu beaucoup d’attention et de soutien durant ce mondial. Quelles seront les conséquences de cet arrêt brutal ?

Voss-Tecklenburg : Si on observe la situation de manière objective, ce n’est pas un « arrêt brutal ». Nous ne nous laissons pas déconcentrer. Je suis convaincue que cette défaite nous permettra de grandir. Cela nécessite que nous soyons capables d’analyser ce qui n’a pas fonctionné. Mais j’espère que les gens à l’extérieur ont vu une chose : cette équipe a du potentiel, elle a un avenir et elle aura besoin de soutien, les joueuses l’ont mérité.

[dfb]

La Nationalmannschaft n’a pas réussi à atteindre le dernier carré. Les joueuses Martina Voss-Tecklenburg se sont inclinées en quart de finale contre la Suède (2-1). La sélectionneuse est revenue sur cette élimination, qui empêche dans le même temps son équipe de se qualifier pour les prochains Jeux Olympiques.

Question : Madame Voss-Tecklenburg, vous avez déclaré avant le tournoi que le premier objectif était de se qualifier pour les JO. Quel est le poids de cet échec ?

Martina Voss-Tecklenburg : C’est difficile de le mesurer maintenant. Je regarde l’aspect sportif, ce tournoi nous a fait du bien dans notre processus actuel de développement. Chaque tournoi aide les jeunes joueuses à progresser. Nous n’avons pas réussi à nous qualifier pour les JO, parce que les équipes européennes sont très proches les unes des autres, en terme de niveau de jeu. Nous avons pu le vérifier lors du match contre la Suède. Ça ne doit pas être considéré comme un échec. Nous devons nous fixer de nouveaux objectifs, et nous tourner vers la qualification pour le prochain EURO.

Question : Dzsenifer Marozsan a-t-elle suivi les consignes qui vous lui aviez fixées en deuxième période ?

Voss-Tecklenburg : Oui, elle les a suivies.

Question : Avant le quart de finale, vous avez affirmé que l’Allemagne faisait toujours partie du sommet du football mondial. Cette déclaration est-elle en accord avec le résultat du match ?

Voss-Tecklenburg : C’est une question de définition : Quelle est la taille du sommet ? La partie était vraiment très serrée. Nous montrons toujours de belles choses. Ce qui nous manque c’est la constance, la capacité à relever la tête lorsque nous subissons un coup dur. C’était la première fois que nous vivions cela lors de cette compétition. Maintenant, nous devons analyser calmement pourquoi nous n’avons pas bien su gérer ce moment.

Question : De manière générale, l’équipe a-t-elle manqué d’expérience pour faire face à ce genre de situation ?

Voss-Tecklenburg : On a pu voir, dans certaines situations, que nous avions face à nous un adversaire un peu plus robuste. Mais il y a aussi eu beaucoup de choses positives. Je voudrais parler de Giulia Gwinn, qui a fait un excellent tournoi. Nous devons aussi regarder comment l’équipe va encore évoluer. Il y a deux, trois joueuses plus âgées, nous devons également déterminer ce qu’il va se passer avec elles.

Question : Doit-il y avoir un grand débat de fond, également avec les clubs et la fédération ?

Voss-Tecklenburg : Nous devons tirer les conséquences de cette défaite, nous sommes en contact avec toutes les parties prenantes. Il va falloir analyser comment nous pouvons développer le potentiel de nos joueuses. Je n’ai pas peur. Ce n’est pas parce que nous avons perdu un match qu’il faut tout remettre en question.

Question : L’équipe nationale a reçu beaucoup d’attention et de soutien durant ce mondial. Quelles seront les conséquences de cet arrêt brutal ?

Voss-Tecklenburg : Si on observe la situation de manière objective, ce n’est pas un « arrêt brutal ». Nous ne nous laissons pas déconcentrer. Je suis convaincue que cette défaite nous permettra de grandir. Cela nécessite que nous soyons capables d’analyser ce qui n’a pas fonctionné. Mais j’espère que les gens à l’extérieur ont vu une chose : cette équipe a du potentiel, elle a un avenir et elle aura besoin de soutien, les joueuses l’ont mérité.

###more###