Actus

U21 : jamais deux sans trois ?

Il y a deux ans, l’équipe nationale U21 remportait le championnat d’Europe en Pologne, pour la deuxième fois de son histoire. Alors que l’édition 2019 a lieu en ce moment en Italie et à Saint-Marin (l’Allemagne affronte ce soir la Serbie, à partir de 21h à Trieste), retour sur les meilleures performances de la Mannschaft dans cette compétition.

1982 : défaite en finale

En 1982, alors que le tournoi se déroule encore sous forme de rencontres aller-retour, les coéquipiers de Lothar Matthäus et Rudi Völler atteignent pour la première fois la finale de l’EURO espoirs, après s’être défaits de l’Espagne (0-1 ; 2-0) et de l’Union Soviétique (4-3 ; 5-0). Mais à l’image de leurs ainés, battus cette année là par l’Italie en finale du mondial espagnol (3-1), les joueurs de Berti Vogts sont également contraints de s’incliner face à l’Angleterre. Après une défaite 3 buts à 1 à l’aller, la victoire au retour à Brême (3-2) s’avère insuffisante.

Le triomphe de Malmö

En 2008, la sélection U21 parvient à arracher sa qualification en barrages contre la France, grâce à une réalisation de Benedikt Höwedes dans les arrêts de jeu. L’Allemagne commence la compétition par un match nul contre l’Espagne (0-0), avant de remporter sa première victoire contre la Finlande (2-0) et de valider son ticket pour le tour suivant contre l’Angleterre (1-1).

En demi-finale, la Mannschaft écarte l’Italie (1-0), grâce notamment à un Manuel Neuer des grands soirs. Le 29 juin 2009, la finale oppose de nouveau l’Allemagne à l’Angleterre. La rencontre est cette fois à sens unique, les Allemands l’emportent facilement (4-0) grâce à des réalisations de Castro, Özil et un doublé de Sandro Wagner.

Bis repetita en Pologne

Un an après avoir atteint la finale des jeux Olympiques de Rio, et s’être inclinés face au pays hôte, le Brésil, emmené par le prodige Neymar, les espoirs arrivent en Pologne plus déterminés que jamais. Après deux victoires lors des deux premières rencontres, contre la République Tchèque (2-0) et le Danemark (3-0), la défaite lors du troisième match de poules contre l’Italie (1-0) est sans conséquences.

Mais en demi-finale contre l’Angleterre, les nerfs sont mis à rude épreuve. Alors que le score est de 2-2 au terme des prolongations, la place pour la finale se joue lors de la séance de tirs au but. À cet exercice, ce sont les Allemands qui se montrent les plus adroits, réussissant chacune de leurs cinq tentatives, tandis que Julian Pollersbeck parvient à repousser deux tirs anglais. « C’est pour ce genre de moments qu’on aime le football », déclarera, ému, le gardien après le match.

La Mannschaft s’impose ensuite en finale contre l’Espagne (1-0) grâce à une réalisation de la tête de l’arrière droit Mitchell Weiser à la 40e minute. Le sélectionneur Stefan Kuntz peut célébrer après le match « Nous avons vraiment mérité notre victoire. C’est un sentiment indescriptible. » De quoi donner des idées pour cette édition 2019 ?


Il y a deux ans, l’équipe nationale U21 remportait le championnat d’Europe en Pologne, pour la deuxième fois de son histoire. Alors que l’édition 2019 a lieu en ce moment en Italie et à Saint-Marin (l’Allemagne affronte ce soir la Serbie, à partir de 21h à Trieste), retour sur les meilleures performances de la Mannschaft dans cette compétition.

1982 : défaite en finale

En 1982, alors que le tournoi se déroule encore sous forme de rencontres aller-retour, les coéquipiers de Lothar Matthäus et Rudi Völler atteignent pour la première fois la finale de l’EURO espoirs, après s’être défaits de l’Espagne (0-1 ; 2-0) et de l’Union Soviétique (4-3 ; 5-0). Mais à l’image de leurs ainés, battus cette année là par l’Italie en finale du mondial espagnol (3-1), les joueurs de Berti Vogts sont également contraints de s’incliner face à l’Angleterre. Après une défaite 3 buts à 1 à l’aller, la victoire au retour à Brême (3-2) s’avère insuffisante.

Le triomphe de Malmö

En 2008, la sélection U21 parvient à arracher sa qualification en barrages contre la France, grâce à une réalisation de Benedikt Höwedes dans les arrêts de jeu. L’Allemagne commence la compétition par un match nul contre l’Espagne (0-0), avant de remporter sa première victoire contre la Finlande (2-0) et de valider son ticket pour le tour suivant contre l’Angleterre (1-1).

En demi-finale, la Mannschaft écarte l’Italie (1-0), grâce notamment à un Manuel Neuer des grands soirs. Le 29 juin 2009, la finale oppose de nouveau l’Allemagne à l’Angleterre. La rencontre est cette fois à sens unique, les Allemands l’emportent facilement (4-0) grâce à des réalisations de Castro, Özil et un doublé de Sandro Wagner.

Bis repetita en Pologne

Un an après avoir atteint la finale des jeux Olympiques de Rio, et s’être inclinés face au pays hôte, le Brésil, emmené par le prodige Neymar, les espoirs arrivent en Pologne plus déterminés que jamais. Après deux victoires lors des deux premières rencontres, contre la République Tchèque (2-0) et le Danemark (3-0), la défaite lors du troisième match de poules contre l’Italie (1-0) est sans conséquences.

Mais en demi-finale contre l’Angleterre, les nerfs sont mis à rude épreuve. Alors que le score est de 2-2 au terme des prolongations, la place pour la finale se joue lors de la séance de tirs au but. À cet exercice, ce sont les Allemands qui se montrent les plus adroits, réussissant chacune de leurs cinq tentatives, tandis que Julian Pollersbeck parvient à repousser deux tirs anglais. « C’est pour ce genre de moments qu’on aime le football », déclarera, ému, le gardien après le match.

La Mannschaft s’impose ensuite en finale contre l’Espagne (1-0) grâce à une réalisation de la tête de l’arrière droit Mitchell Weiser à la 40e minute. Le sélectionneur Stefan Kuntz peut célébrer après le match « Nous avons vraiment mérité notre victoire. C’est un sentiment indescriptible. » De quoi donner des idées pour cette édition 2019 ?