Actus

Timo Werner : "Une ambiance particulière"

Sa valeur marchande estimée à 60 millions d’euros par le site Tranfersmarkt.de, Timo Werner serait actuellement le joueur allemand le plus cher de la Bundesliga. Après une Coupe du Monde décevante, l’attaquant du RB Leipzig est maintenant concentré sur le parcours de son équipe dans les tours de qualification de la Ligue Europa. Le club saxon de l’international allemand de 22 ans retrouve également la Coupe d’Allemagne ce dimanche avec un déplacement sur le terrain du Viktoria Cologne, pensionnaire de ligue régionale, poussé par son stade de 6000 places. Ce match sera tout sauf une partie de plaisir. C’est en tous cas ce que Timo Werner a confié en interview à notre journaliste Thomas Hackbarth. L’attaquant aborde également durant cet entretien la pression qui entoure le premier tour de la Coupe d’Allemagne avant d’évoquer son entraîneur Ralf Rangnick et ses prochaines apparitions avec la Mannschaft.

DFB.de : Timo Werner, alors que cet été est l'un des plus chauds de ces dernières années, le RB Leipzig doit s'extirper des tours de qualification pour espérer accéder à la Ligue Europa. Avez-vous retrouvé le rythme vous et votre équipe ?

Timo Werner : L’équipe est déjà concentrée sur cet objectif. Nous avons déjà disputé beaucoup de matchs officiels à ce stade de la saison et le plus important est que nous soyons au troisième tour des qualifications pour la Ligue Europa et que nous sommes dans une position favorable avant le match retour pour nous qualifier pour le dernier tour qui sera décisif pour la suite de notre parcours européen. Les joueurs qui ont disputé la Coupe du Monde retrouvent la forme petit à petit. Le match de Coupe face au Viktoria Cologne arrive pour nous vraiment au bon moment.

DFB.de : Le Viktoria Cologne, votre adversaire au premier tour de la Coupe d’Allemagne, a très bien débuté sa saison et occupe la cinquième place de la ligue régionale ouest.

Timo Werner :Jusqu’à maintenant, nous ne savons encore peu de choses à propos du Viktoria Cologne car nous sommes encore concentrés sur l’Universitatea Craiova, notre adversaire en Ligue Europa. Mais cela ne fait rien. Nous évoluons en Bundesliga et nous voulons nous imposer à Cologne. Nous allons certainement prendre le jeu à notre compte. Nous sommes préparés et nous savons que nous allons jouer dans une ambiance typique de la Coupe d’Allemagne. L’euphorie sera grande du côté du Viktoria Cologne. Bien sûr, ils auront à cœur de nous poser des problèmes et nous ne devons pas les sous-estimer même si je pense que nous les battrons si tout se passe bien.

DFB.de : Ces matchs de coupe aux allures de duels David contre Goliath sont-ils encore glamour à vos yeux ?

Timo Werner : Pour être honnête, ce genre de match reste une situation particulière pour un joueur professionnel évoluant en Bundesliga. Tu joues contre une équipe qui évolue une ou deux divisions en dessous et qui donne évidemment tout ce qu’elle a sur le terrain. En fait, il y a beaucoup plus à perdre pour un club de première division. Le Goliath devrait l’emporter mais tout le monde soutient David. Mais un tel match est évidemment une source de plaisir. Je suis très heureux de retrouver cette ambiance particulière et ce folklore qui entoure la Coupe d’Allemagne.

DFB.de : Au RB Leipzig, les yeux sont actuellement rivés sur le nouvel entraîneur. Cela faisait presque 800 jours que Ralf Rangnick ne s’était plus assis sur le banc du RB Leipzig. Comment cette nouvelle collaboration se déroule-t-elle pour vous ?

Timo Werner : Jusqu’ici tout se déroule très bien. Il connait les joueurs et leurs qualités, il les a lui-même tous fait venir à Leipzig. Rangnick est un entraîneur sévère, il sait précisément ce qui est important à ses yeux et je sais précisément ce qu’il attend de moi et quelles sont ses exigences par rapport à moi. C’est pourquoi nous avons une très bonne relation. Nous sommes maintenant tout simplement heureux que la nouvelle saison débute. Nous voulons maintenant prouver que l’équipe est capable de jouer un super football avec Ralf Rangnick.

DFB.de : Rangnick est un adepte du pressing et du football de mouvement. Est-ce que l’adaptation sera pour vous plus compliquée lorsque vous serez de retour avec la Nationalmannschaft les 6 et 9 septembre face à la France et au Pérou ?

Timo Werner : Dans le football actuel, chaque joueur doit être capable de s’adapter quoiqu’il arrive. Les changements d’entraîneur sont plus fréquents au niveau des clubs. Chaque entraîneur arrive avec son propre système de jeu. En tant que joueurs, nous devons assimiler et mettre en œuvre de nombreux systèmes de jeu différents. Nous devons toujours nous adapter. Cela fait partie de nos jours de ce qu’on attend d’un joueur professionnel de Bundesliga et qui plus est d’un joueur qui évolue avec la sélection nationale. Et notre style de jeu à Leipzig est en réalité très proche de celui pratiqué en sélection. Les deux équipes aiment toutes les deux mettre beaucoup de rythme, avoir la possession de balle et mettre de l’impact. Qu’importe le système, les bases sont finalement très proches.

DFB.de : La Mannschaft doit pratiquer un football basé sur le pressing et les déplacements pour retrouver à nouveau le chemin du succès ?

Timo Werner : C’est une bonne question. Le sélectionneur trouvera certainement une bonne direction dans laquelle aller. L’élimination en Russie a été un véritable fiasco mais je pense que nous ne devons pas tout jeter. Nous avons réalisé l’année dernière la meilleure phase de qualification de tous les temps et même si pour nous la Coupe du Monde s’est arrêtée prématurément nous ne devons pas tout remettre en question. J’espère et je suis convaincu que nous aborderons le match face à la France le 6 septembre prochain à Munich avec beaucoup de d’envie et de concentration. Le sélectionneur nous expliquera ce qu'il faut changer et apporter de nouveau. Nous devons à nouveau nous concentrer davantage afin de mettre correctement en place toutes ces choses de façon collective.

DFB.de : Est-ce optimal d'affronter les champions du monde en ouverture de la Ligue des Nations ?

Timo Werner : Je ne sais pas mais je pense que ce sera une nouvelle fois compliqué de jouer face aux Français. Leur victoire en Coupe du Monde est désormais passée mais ils restent favoris pour ce match. Peut-être que cela permet de se libérer dans un tel match. Nous sommes en tous cas très heureux de retrouver la sélection. Nous avons quelque chose à rattraper et une revanche à prendre sur nous-mêmes.

[DFB ]

Sa valeur marchande estimée à 60 millions d’euros par le site Tranfersmarkt.de, Timo Werner serait actuellement le joueur allemand le plus cher de la Bundesliga. Après une Coupe du Monde décevante, l’attaquant du RB Leipzig est maintenant concentré sur le parcours de son équipe dans les tours de qualification de la Ligue Europa. Le club saxon de l’international allemand de 22 ans retrouve également la Coupe d’Allemagne ce dimanche avec un déplacement sur le terrain du Viktoria Cologne, pensionnaire de ligue régionale, poussé par son stade de 6000 places. Ce match sera tout sauf une partie de plaisir. C’est en tous cas ce que Timo Werner a confié en interview à notre journaliste Thomas Hackbarth. L’attaquant aborde également durant cet entretien la pression qui entoure le premier tour de la Coupe d’Allemagne avant d’évoquer son entraîneur Ralf Rangnick et ses prochaines apparitions avec la Mannschaft.

DFB.de : Timo Werner, alors que cet été est l'un des plus chauds de ces dernières années, le RB Leipzig doit s'extirper des tours de qualification pour espérer accéder à la Ligue Europa. Avez-vous retrouvé le rythme vous et votre équipe ?

Timo Werner : L’équipe est déjà concentrée sur cet objectif. Nous avons déjà disputé beaucoup de matchs officiels à ce stade de la saison et le plus important est que nous soyons au troisième tour des qualifications pour la Ligue Europa et que nous sommes dans une position favorable avant le match retour pour nous qualifier pour le dernier tour qui sera décisif pour la suite de notre parcours européen. Les joueurs qui ont disputé la Coupe du Monde retrouvent la forme petit à petit. Le match de Coupe face au Viktoria Cologne arrive pour nous vraiment au bon moment.

DFB.de : Le Viktoria Cologne, votre adversaire au premier tour de la Coupe d’Allemagne, a très bien débuté sa saison et occupe la cinquième place de la ligue régionale ouest.

Timo Werner :Jusqu’à maintenant, nous ne savons encore peu de choses à propos du Viktoria Cologne car nous sommes encore concentrés sur l’Universitatea Craiova, notre adversaire en Ligue Europa. Mais cela ne fait rien. Nous évoluons en Bundesliga et nous voulons nous imposer à Cologne. Nous allons certainement prendre le jeu à notre compte. Nous sommes préparés et nous savons que nous allons jouer dans une ambiance typique de la Coupe d’Allemagne. L’euphorie sera grande du côté du Viktoria Cologne. Bien sûr, ils auront à cœur de nous poser des problèmes et nous ne devons pas les sous-estimer même si je pense que nous les battrons si tout se passe bien.

DFB.de : Ces matchs de coupe aux allures de duels David contre Goliath sont-ils encore glamour à vos yeux ?

Timo Werner : Pour être honnête, ce genre de match reste une situation particulière pour un joueur professionnel évoluant en Bundesliga. Tu joues contre une équipe qui évolue une ou deux divisions en dessous et qui donne évidemment tout ce qu’elle a sur le terrain. En fait, il y a beaucoup plus à perdre pour un club de première division. Le Goliath devrait l’emporter mais tout le monde soutient David. Mais un tel match est évidemment une source de plaisir. Je suis très heureux de retrouver cette ambiance particulière et ce folklore qui entoure la Coupe d’Allemagne.

DFB.de : Au RB Leipzig, les yeux sont actuellement rivés sur le nouvel entraîneur. Cela faisait presque 800 jours que Ralf Rangnick ne s’était plus assis sur le banc du RB Leipzig. Comment cette nouvelle collaboration se déroule-t-elle pour vous ?

Timo Werner : Jusqu’ici tout se déroule très bien. Il connait les joueurs et leurs qualités, il les a lui-même tous fait venir à Leipzig. Rangnick est un entraîneur sévère, il sait précisément ce qui est important à ses yeux et je sais précisément ce qu’il attend de moi et quelles sont ses exigences par rapport à moi. C’est pourquoi nous avons une très bonne relation. Nous sommes maintenant tout simplement heureux que la nouvelle saison débute. Nous voulons maintenant prouver que l’équipe est capable de jouer un super football avec Ralf Rangnick.

DFB.de : Rangnick est un adepte du pressing et du football de mouvement. Est-ce que l’adaptation sera pour vous plus compliquée lorsque vous serez de retour avec la Nationalmannschaft les 6 et 9 septembre face à la France et au Pérou ?

Timo Werner : Dans le football actuel, chaque joueur doit être capable de s’adapter quoiqu’il arrive. Les changements d’entraîneur sont plus fréquents au niveau des clubs. Chaque entraîneur arrive avec son propre système de jeu. En tant que joueurs, nous devons assimiler et mettre en œuvre de nombreux systèmes de jeu différents. Nous devons toujours nous adapter. Cela fait partie de nos jours de ce qu’on attend d’un joueur professionnel de Bundesliga et qui plus est d’un joueur qui évolue avec la sélection nationale. Et notre style de jeu à Leipzig est en réalité très proche de celui pratiqué en sélection. Les deux équipes aiment toutes les deux mettre beaucoup de rythme, avoir la possession de balle et mettre de l’impact. Qu’importe le système, les bases sont finalement très proches.

DFB.de : La Mannschaft doit pratiquer un football basé sur le pressing et les déplacements pour retrouver à nouveau le chemin du succès ?

Timo Werner : C’est une bonne question. Le sélectionneur trouvera certainement une bonne direction dans laquelle aller. L’élimination en Russie a été un véritable fiasco mais je pense que nous ne devons pas tout jeter. Nous avons réalisé l’année dernière la meilleure phase de qualification de tous les temps et même si pour nous la Coupe du Monde s’est arrêtée prématurément nous ne devons pas tout remettre en question. J’espère et je suis convaincu que nous aborderons le match face à la France le 6 septembre prochain à Munich avec beaucoup de d’envie et de concentration. Le sélectionneur nous expliquera ce qu'il faut changer et apporter de nouveau. Nous devons à nouveau nous concentrer davantage afin de mettre correctement en place toutes ces choses de façon collective.

DFB.de : Est-ce optimal d'affronter les champions du monde en ouverture de la Ligue des Nations ?

Timo Werner : Je ne sais pas mais je pense que ce sera une nouvelle fois compliqué de jouer face aux Français. Leur victoire en Coupe du Monde est désormais passée mais ils restent favoris pour ce match. Peut-être que cela permet de se libérer dans un tel match. Nous sommes en tous cas très heureux de retrouver la sélection. Nous avons quelque chose à rattraper et une revanche à prendre sur nous-mêmes.

###more###