Actus

Löw : une mi-temps pour Trapp, une pour Leno

Les principales déclarations de Joachim Löw aujourd’hui en conférence de presse à Berlin. L’Allemagne affronte le Brésil mardi soir au stade olympique (20h45).

Joachim Löw au sujet…

… de l’importance du match face au Brésil : Les deux matchs ont leur importance et sont des tests de très haut niveau, comme nous l’avons déjà vu face à l’Espagne. Les deux équipes ont réussi un nombre incalculable de passes. Je pense que ce sera le cas aussi pour notre prochain adversaire. Le Brésil a changé et a retrouvé le niveau qui était le sien. Dans notre phase actuelle, nous sommes heureux d’affronter ce genre d’équipes et d’apprendre grâce à ces confrontations.

… de la demi-finale de Coupe du monde 2014 : C’était un match très jouissif, mais ce n’était qu’une étape vers le titre mondial. Le lendemain, nous étions déjà concentrés à fond sur la finale et sur la manière de battre l’Argentine.

… des titulaires mardi soir : Marc-André ter Stegen aura droit à une pause demain soir. Il avait quelques problèmes au genou ces derniers temps, il ne faut donc pas trop lui en demander. Si la physionomie du match le permet, Bernd Leno et Kevin Trapp joueront chacun une mi-temps. Marvin Plattenhardt, Ilkay Gündogan et Leroy Sané vont débuter, comme je l’ai annoncé. Sami Khedira est incertain, il souffre de problèmes musculaires. Il participera au dernier entraînement, mais nous ne prendrons aucun risque. Il me dira clairement s’il peut jouer ou non, car nous ne voulons surtout pas qu’il lui arrive quelque chose.

… de Leroy Sané et Ilkay Gündogan : Les deux connaissent une très bonne progression à Manchester City. Ilkay n’a connu aucune blessure sérieuse depuis le début de la saison. Nous le connaissons depuis des années, il a toujours su animer le jeu de notre équipe. De son côté, Leroy a pris la bonne décision en allant à Manchester. Il aide l’équipe avec ses qualités, il est excellent en un contre un, et j’espère qu’il montrera demain à quel point il peut être imprévisible.

… de la philosophie de jeu allemande : C’est un processus. Si tout était comme avant, le Brésil serait champion du monde à chaque fois. Seul le Brésil possède autant de qualité individuelle. En Allemagne, nous avons toujours réussi grâce à l’engagement et à l’envie, au combat. Nous en avons toujours besoin aujourd’hui, mais nous avons dû nous adapter dans d’autres domaines. L’Allemagne est devenue une équipe créative, qui aime jouer, qui possède une philosophie de jeu claire et qui pratique un football offensif.

… de l’adversaire et de ses qualités individuelles : Tous les joueurs brésiliens sont excellents techniquement, mais nous possédons désormais aussi des joueurs capables de faire les mêmes choses qu’eux. Je pense que le Brésil est devenu une équipe plus équilibrée, qui n’a pas de superstar pouvant aller où il veut sur le terrain. Même Neymar ou Coutinho s’insèrent dans la philosophie de jeu de l’équipe. En 2014, sans avoir de superstar, nous avions réalisé une grosse performance collective. Chacun a fait parler ses qualités au poste qui était le sien. La performance collective est toujours plus importante que la classe individuelle. Si les meilleurs joueurs ne s’insèrent pas, il devient toujours difficile pour l’équipe de remporter un titre.

[dfb]

Les principales déclarations de Joachim Löw aujourd’hui en conférence de presse à Berlin. L’Allemagne affronte le Brésil mardi soir au stade olympique (20h45).

Joachim Löw au sujet…

… de l’importance du match face au Brésil : Les deux matchs ont leur importance et sont des tests de très haut niveau, comme nous l’avons déjà vu face à l’Espagne. Les deux équipes ont réussi un nombre incalculable de passes. Je pense que ce sera le cas aussi pour notre prochain adversaire. Le Brésil a changé et a retrouvé le niveau qui était le sien. Dans notre phase actuelle, nous sommes heureux d’affronter ce genre d’équipes et d’apprendre grâce à ces confrontations.

… de la demi-finale de Coupe du monde 2014 : C’était un match très jouissif, mais ce n’était qu’une étape vers le titre mondial. Le lendemain, nous étions déjà concentrés à fond sur la finale et sur la manière de battre l’Argentine.

… des titulaires mardi soir : Marc-André ter Stegen aura droit à une pause demain soir. Il avait quelques problèmes au genou ces derniers temps, il ne faut donc pas trop lui en demander. Si la physionomie du match le permet, Bernd Leno et Kevin Trapp joueront chacun une mi-temps. Marvin Plattenhardt, Ilkay Gündogan et Leroy Sané vont débuter, comme je l’ai annoncé. Sami Khedira est incertain, il souffre de problèmes musculaires. Il participera au dernier entraînement, mais nous ne prendrons aucun risque. Il me dira clairement s’il peut jouer ou non, car nous ne voulons surtout pas qu’il lui arrive quelque chose.

… de Leroy Sané et Ilkay Gündogan : Les deux connaissent une très bonne progression à Manchester City. Ilkay n’a connu aucune blessure sérieuse depuis le début de la saison. Nous le connaissons depuis des années, il a toujours su animer le jeu de notre équipe. De son côté, Leroy a pris la bonne décision en allant à Manchester. Il aide l’équipe avec ses qualités, il est excellent en un contre un, et j’espère qu’il montrera demain à quel point il peut être imprévisible.

… de la philosophie de jeu allemande : C’est un processus. Si tout était comme avant, le Brésil serait champion du monde à chaque fois. Seul le Brésil possède autant de qualité individuelle. En Allemagne, nous avons toujours réussi grâce à l’engagement et à l’envie, au combat. Nous en avons toujours besoin aujourd’hui, mais nous avons dû nous adapter dans d’autres domaines. L’Allemagne est devenue une équipe créative, qui aime jouer, qui possède une philosophie de jeu claire et qui pratique un football offensif.

… de l’adversaire et de ses qualités individuelles : Tous les joueurs brésiliens sont excellents techniquement, mais nous possédons désormais aussi des joueurs capables de faire les mêmes choses qu’eux. Je pense que le Brésil est devenu une équipe plus équilibrée, qui n’a pas de superstar pouvant aller où il veut sur le terrain. Même Neymar ou Coutinho s’insèrent dans la philosophie de jeu de l’équipe. En 2014, sans avoir de superstar, nous avions réalisé une grosse performance collective. Chacun a fait parler ses qualités au poste qui était le sien. La performance collective est toujours plus importante que la classe individuelle. Si les meilleurs joueurs ne s’insèrent pas, il devient toujours difficile pour l’équipe de remporter un titre.

###more###