Actus

Löw : « Recommencer à gagner »

L’équipe d’Allemagne a ce mois-ci un calendrier très chargé : trois matchs en l’espace d’une semaine, contre la Turquie (le 7 octobre à 20h45), l’Ukraine (le 10 octobre à 20h45) et la Suisse (le 13 octobre à 20h45). Trois rencontres internationales pour lesquelles le sélectionneur Joachim Löw a fait appel à un groupe élargi de 29 joueurs. Entretien.

DFB.de : Monsieur Löw, le mois de septembre a vu l’équipe d’Allemagne concéder deux matchs nuls 1-1 face à l’Espagne et la Suisse. Comment appréhendez-vous, quatre semaines plus tard, les trois matchs qui s’annoncent ?

Joachim Löw : Dans l’instant, je n’étais pas insatisfait de ces deux matchs nuls, car je pensais qu’on ne pouvait pas s’attendre, en l’absence de plusieurs de nos cadres, à voir notre équipe dominer par moments l’équipe d’Espagne. Mais avec du recul, ces deux matchs m’ont passablement frustré. Nous avons été trop nonchalants lors de nos occasions de but et avons globalement laissé filer deux victoires. Nous devons en tirer les bonnes leçons, car nous devons faire mieux que cela. Notre manque de réalisme est récurrent. Nous devons être plus conséquents et tranchants devant le but.

DFB.de : Vous avez désormais trois matchs pour remédier à ce problème.

Joachim Löw : Nous allons disputer trois matchs en une semaine, ce qui rappelle le format des compétitions internationales. C’est un défi à relever au regard des temps de repos que je dois accorder aux joueurs.

DFB.de : … un temps de repos qui sera scruté de très près par les clubs, qui veulent que leurs joueurs reviennent en forme et ne prennent pas de risques inutiles, que cela concerne les potentielles blessures ou la pandémie du coronavirus. Quel impact cela a-t-il sur vos préparatifs ?

Joachim Löw : Nous sommes pleinement conscients de notre responsabilité, et nous avons des solutions. Nous allons doser comme il le faut le programme de chaque joueur. Pour chacun d’entre eux, il y aura des phases de jeu et des phases de repos. C’est la raison pour laquelle nous avons fait appel à un groupe élargi, afin de disposer de suffisamment d’options pour trois matchs. Les joueurs arriveront en deux groupes séparés, et nous avons en réalité deux groupes distincts. Les joueurs de Munich et de Leipzig, ainsi que Toni Kroos, nous rejoindront un jour après les autres, et ne s’entraîneront qu’à partir de mercredi. Je ne compterai pas sur eux face à la Turquie. Après ce match amical, nous nous rendrons à Kiev avec un groupe restreint ; le règlement de l’UEFA n’autorise de toute façon que des groupes de 23 joueurs au maximum. Concernant la pandémie, nous allons une fois encore appliquer toutes les règles sanitaires nécessaires afin de réduire au maximum le risque d’infections.

DFB.de : Êtes-vous à ce titre en contact direct avec les clubs ?

Joachim Löw : Oui. Oliver Bierhoff échange avec les directeurs sportifs et la direction des clubs, et je suis moi-même en contact avec les entraîneurs et les joueurs. Nous comprenons pourquoi les clubs se font du souci. Néanmoins, je ne prends pas en compte uniquement les intérêts des clubs, mais aussi ceux des joueurs, et les nôtres : l’équipe d’Allemagne doit être à son apogée l’été prochain, pour l’EURO. Nous devrons être en pleine forme, mentalement et physiquement. Pour ce faire, nous voulons gagner tous les matchs qu’il nous reste à disputer d’ici là.

DFB.de : Quels sont vos objectifs ce mois-ci ?

Joachim Löw : Les objectifs sont clairs : nous voulons recommencer à gagner, nous voulons marquer des buts et prendre des points. Nous voulons travailler de façon concentrée et intense, tout en passant un bon moment sur le terrain et en dehors. Nous devons agir de sorte à ce que les spectateurs prennent à nouveau du plaisir à voir jouer la Nationalmannschaft. Cela vaut surtout pour nos matchs de Nations League contre l’Ukraine et la Suisse. Le match contre la Turquie est pour notre jeune équipe une belle occasion de tester certaines choses. Nous restons une équipe en construction. Pour grandir ensemble, nous avons besoin de temps, de patience et surtout de confiance.

[dfb]

L’équipe d’Allemagne a ce mois-ci un calendrier très chargé : trois matchs en l’espace d’une semaine, contre la Turquie (le 7 octobre à 20h45), l’Ukraine (le 10 octobre à 20h45) et la Suisse (le 13 octobre à 20h45). Trois rencontres internationales pour lesquelles le sélectionneur Joachim Löw a fait appel à un groupe élargi de 29 joueurs. Entretien.

DFB.de : Monsieur Löw, le mois de septembre a vu l’équipe d’Allemagne concéder deux matchs nuls 1-1 face à l’Espagne et la Suisse. Comment appréhendez-vous, quatre semaines plus tard, les trois matchs qui s’annoncent ?

Joachim Löw : Dans l’instant, je n’étais pas insatisfait de ces deux matchs nuls, car je pensais qu’on ne pouvait pas s’attendre, en l’absence de plusieurs de nos cadres, à voir notre équipe dominer par moments l’équipe d’Espagne. Mais avec du recul, ces deux matchs m’ont passablement frustré. Nous avons été trop nonchalants lors de nos occasions de but et avons globalement laissé filer deux victoires. Nous devons en tirer les bonnes leçons, car nous devons faire mieux que cela. Notre manque de réalisme est récurrent. Nous devons être plus conséquents et tranchants devant le but.

DFB.de : Vous avez désormais trois matchs pour remédier à ce problème.

Joachim Löw : Nous allons disputer trois matchs en une semaine, ce qui rappelle le format des compétitions internationales. C’est un défi à relever au regard des temps de repos que je dois accorder aux joueurs.

DFB.de : … un temps de repos qui sera scruté de très près par les clubs, qui veulent que leurs joueurs reviennent en forme et ne prennent pas de risques inutiles, que cela concerne les potentielles blessures ou la pandémie du coronavirus. Quel impact cela a-t-il sur vos préparatifs ?

Joachim Löw : Nous sommes pleinement conscients de notre responsabilité, et nous avons des solutions. Nous allons doser comme il le faut le programme de chaque joueur. Pour chacun d’entre eux, il y aura des phases de jeu et des phases de repos. C’est la raison pour laquelle nous avons fait appel à un groupe élargi, afin de disposer de suffisamment d’options pour trois matchs. Les joueurs arriveront en deux groupes séparés, et nous avons en réalité deux groupes distincts. Les joueurs de Munich et de Leipzig, ainsi que Toni Kroos, nous rejoindront un jour après les autres, et ne s’entraîneront qu’à partir de mercredi. Je ne compterai pas sur eux face à la Turquie. Après ce match amical, nous nous rendrons à Kiev avec un groupe restreint ; le règlement de l’UEFA n’autorise de toute façon que des groupes de 23 joueurs au maximum. Concernant la pandémie, nous allons une fois encore appliquer toutes les règles sanitaires nécessaires afin de réduire au maximum le risque d’infections.

DFB.de : Êtes-vous à ce titre en contact direct avec les clubs ?

Joachim Löw : Oui. Oliver Bierhoff échange avec les directeurs sportifs et la direction des clubs, et je suis moi-même en contact avec les entraîneurs et les joueurs. Nous comprenons pourquoi les clubs se font du souci. Néanmoins, je ne prends pas en compte uniquement les intérêts des clubs, mais aussi ceux des joueurs, et les nôtres : l’équipe d’Allemagne doit être à son apogée l’été prochain, pour l’EURO. Nous devrons être en pleine forme, mentalement et physiquement. Pour ce faire, nous voulons gagner tous les matchs qu’il nous reste à disputer d’ici là.

DFB.de : Quels sont vos objectifs ce mois-ci ?

Joachim Löw : Les objectifs sont clairs : nous voulons recommencer à gagner, nous voulons marquer des buts et prendre des points. Nous voulons travailler de façon concentrée et intense, tout en passant un bon moment sur le terrain et en dehors. Nous devons agir de sorte à ce que les spectateurs prennent à nouveau du plaisir à voir jouer la Nationalmannschaft. Cela vaut surtout pour nos matchs de Nations League contre l’Ukraine et la Suisse. Le match contre la Turquie est pour notre jeune équipe une belle occasion de tester certaines choses. Nous restons une équipe en construction. Pour grandir ensemble, nous avons besoin de temps, de patience et surtout de confiance.

###more###