Actus

Goretzka : « Porter le maillot de la Mannschaft est toujours particulier »

Après le premier succès en Ligue des nations, samedi en Ukraine, l’Allemagne voudra confirmer demain (20h45) à Cologne face à la Suisse. Avant la rencontre, le sélectionneur Joachim Löw et Leon Goretzka ont répondu aux questions des journalistes.

Joachim Löw sur…

…La victoire en Ukraine : Il était important de montrer que nous avions faim de victoire. Nous avons pu le sentir avant et pendant la rencontre. Peu importe les difficultés, dans notre situation c’est un résultat très important.

…La rencontre face à la Suisse : J’attends de la concentration, plus de précision, du courage et un réel élan offensif. En Ukraine, nous avons commis quelques erreurs, nous avons manqué de rigueur dans la construction du jeu. La vitesse et la précision seront des éléments décisifs. Ce sera un match totalement différent de celui face à l’Ukraine. Les Suisses sont capables de très bien défendre,et cela en étant très haut sur le terrain. Ils savent utiliser les espaces et sont très forts dans les duels. Dans le même temps, ils peuvent se projeter vers l’avant et être efficaces offensivement. Cette équipefait actuellement partie des meilleures car elle possède une excellent formations et de très bonnes individualités.

…La situation du groupe : Timo Werner est en pleine possession de ses moyens. Il ne ressent plus aucune gêne. Mais il reste des points d’interrogation. Je pars du principe que tous les joueurs pourront participer à l’entraînement. Draxler a ressenti des douleurs au tendon, Halstenberg aux adducteurs et Klostermann au niveau du genou.

…Les débats à propos de la tactique : Je comprends les discussions. Une équipe doit maitriser deux styles de jeu. Le système n’a pas d’importance, nous devons jouer de manière dynamique, utiliser les espaces. Le plus important est de savoir qui nous mettons dans quelle position et quels espaces il va pouvoir utiliser. C’est ce qui nous préoccupe, pas de savoir si nous jouons à trois ou à quatre derrière. Dans une défense à trois, tout le monde doit être actifs. Si nous sommes à quatre derrière et que les latéraux montent, Toni Kroos doit couvrir. Ce sont des principes de base que nous devons suivre. C’est là que nous devons nous améliorer. La plupart des joueurs jouent à quatre dans leurs clubs, c’est un système que nous maitrisons. Mais je veux que nous ayons une autre option pour aborder la prochaine compétition. Je veux que l’équipe soit préparée aux deux schémas de jeu et qu’elle soit polyvalente. Pendant l’EURO, nous pourrons alors nous décider au jour le jour.

…Les critiques venues de l’extérieur : En football, il y a parfois des opinions différentes. Les experts doivent s’exprimer. C’est quelque chose que j’accepte totalement, je ne considère pas cela comme un manque de respect. Si tout le monde pensait la même chose, on s’ennuierait. L’important, c’est que nous fassions preuve d’autocritique en interne. Et c’est le cas. Parfois, nous discutons pendant plusieurs heures. Cet été, nous avons clairement défini quels seront nos axes de progression. Nous devons avoir une perspective large. Nous sommes convaincus de ce que nous faisons, l’an prochain nous voulons une équipe avec de la fraîcheur, de la motivation et une véritable faim de victoires. Alors, nous pourrons faire un grand tournoi.

…Le possible 100e match de Toni Kroos : Ce serait un beau clin d’œil qu’il joue son 100e match avec la sélection à Cologne. Ceux qui ont suivi son évolution depuis 2010 ont pu assister à sa constante progression. Ce qu’il a réalisé est unique. Peu importe le match, il ne montre jamais le moindre signe de nervosité. Il a confiance en ses propres qualités, c’est l’une de ses principales forces. Avant la finale contre l’Argentine, j’ai pu ressentir à quel point il était tranquille. C’est le calme en personne, il transmet de la confiance. Et il ne se cache pas au moment de prendre ses responsabilités.

…Le duo Kimmich-Kroos au milieu de terrain : Ils se sont très bien entendus, dès le début. Ce sont deux très bons footballeurs. Jo apporte les qualités dont il a hérité de son passé de défenseur : placement, récupération, force dans les duels…Kroos est décisif dans la construction du jeu, pendant ce temps, Jo le couvre. Les deux veulent toujours avoir la balle et sont donc toujours disponibles. Même sous pression, ils ne perdent que très peu de ballons et trouvent toujours des solutions.

Leon Goretzka sur…

…L’analyse des erreurs commises face à l’Ukraine : Nous devons analyser ce qui n’a pas très bien fonctionné lors du dernier match et l’améliorer. De manière surprenante, nous avons fait beaucoup de fautes techniques, alors que nous avons les joueurs pour garder le ballon même dans des espaces resserrés.

…Le prochain adversaire : Nous allons affronter une équipe robuste avec des joueurs rapides. Nous devrons y faire face. Mais nous devrons surtout nous concentrer sur nous-mêmes. Je suis persuadé que ça ira mieux lors des prochains matchs.

…Sa motivation au moment de jouer pour l’équipe nationale : Quand je porte le maillot de la Mannschaft, cela me procure une sensation incroyable. J’ai l’impression de représenter 80 millions de personnes. C’est toujours particulier.

…Les débats sur la tactique : Tous les schémas ont des avantages et des inconvénients. Au final, c’est au coach de déterminer lequel convient le mieux en fonction de l’adversaire.

…Toni Kroos : Sur sa qualité de joueur, il n’y a pas grand-chose à dire. Il a presque tout gagné, il ne lui manque plus que l’EURO. Je suis heureux pour lui qu’il puisse disputer son 100e match avec l’équipe nationale. Ce n’est pas le genre de leader qui crie beaucoup, mais c’est un point de repère important sur le terrain. Il demande tout le temps le ballon et trouve toujours une solution. C’est très impressionnant. Lors d’un tournoi, il est d’une importance capitale, car il fait partie de ceux qui savent comment on gagne des titres. Dans les moments difficiles, il est là pour l’équipe. Ce sont des choses dont je veux m’inspirer également.

[dfb]

Après le premier succès en Ligue des nations, samedi en Ukraine, l’Allemagne voudra confirmer demain (20h45) à Cologne face à la Suisse. Avant la rencontre, le sélectionneur Joachim Löw et Leon Goretzka ont répondu aux questions des journalistes.

Joachim Löw sur…

…La victoire en Ukraine : Il était important de montrer que nous avions faim de victoire. Nous avons pu le sentir avant et pendant la rencontre. Peu importe les difficultés, dans notre situation c’est un résultat très important.

…La rencontre face à la Suisse : J’attends de la concentration, plus de précision, du courage et un réel élan offensif. En Ukraine, nous avons commis quelques erreurs, nous avons manqué de rigueur dans la construction du jeu. La vitesse et la précision seront des éléments décisifs. Ce sera un match totalement différent de celui face à l’Ukraine. Les Suisses sont capables de très bien défendre,et cela en étant très haut sur le terrain. Ils savent utiliser les espaces et sont très forts dans les duels. Dans le même temps, ils peuvent se projeter vers l’avant et être efficaces offensivement. Cette équipefait actuellement partie des meilleures car elle possède une excellent formations et de très bonnes individualités.

…La situation du groupe : Timo Werner est en pleine possession de ses moyens. Il ne ressent plus aucune gêne. Mais il reste des points d’interrogation. Je pars du principe que tous les joueurs pourront participer à l’entraînement. Draxler a ressenti des douleurs au tendon, Halstenberg aux adducteurs et Klostermann au niveau du genou.

…Les débats à propos de la tactique : Je comprends les discussions. Une équipe doit maitriser deux styles de jeu. Le système n’a pas d’importance, nous devons jouer de manière dynamique, utiliser les espaces. Le plus important est de savoir qui nous mettons dans quelle position et quels espaces il va pouvoir utiliser. C’est ce qui nous préoccupe, pas de savoir si nous jouons à trois ou à quatre derrière. Dans une défense à trois, tout le monde doit être actifs. Si nous sommes à quatre derrière et que les latéraux montent, Toni Kroos doit couvrir. Ce sont des principes de base que nous devons suivre. C’est là que nous devons nous améliorer. La plupart des joueurs jouent à quatre dans leurs clubs, c’est un système que nous maitrisons. Mais je veux que nous ayons une autre option pour aborder la prochaine compétition. Je veux que l’équipe soit préparée aux deux schémas de jeu et qu’elle soit polyvalente. Pendant l’EURO, nous pourrons alors nous décider au jour le jour.

…Les critiques venues de l’extérieur : En football, il y a parfois des opinions différentes. Les experts doivent s’exprimer. C’est quelque chose que j’accepte totalement, je ne considère pas cela comme un manque de respect. Si tout le monde pensait la même chose, on s’ennuierait. L’important, c’est que nous fassions preuve d’autocritique en interne. Et c’est le cas. Parfois, nous discutons pendant plusieurs heures. Cet été, nous avons clairement défini quels seront nos axes de progression. Nous devons avoir une perspective large. Nous sommes convaincus de ce que nous faisons, l’an prochain nous voulons une équipe avec de la fraîcheur, de la motivation et une véritable faim de victoires. Alors, nous pourrons faire un grand tournoi.

…Le possible 100e match de Toni Kroos : Ce serait un beau clin d’œil qu’il joue son 100e match avec la sélection à Cologne. Ceux qui ont suivi son évolution depuis 2010 ont pu assister à sa constante progression. Ce qu’il a réalisé est unique. Peu importe le match, il ne montre jamais le moindre signe de nervosité. Il a confiance en ses propres qualités, c’est l’une de ses principales forces. Avant la finale contre l’Argentine, j’ai pu ressentir à quel point il était tranquille. C’est le calme en personne, il transmet de la confiance. Et il ne se cache pas au moment de prendre ses responsabilités.

…Le duo Kimmich-Kroos au milieu de terrain : Ils se sont très bien entendus, dès le début. Ce sont deux très bons footballeurs. Jo apporte les qualités dont il a hérité de son passé de défenseur : placement, récupération, force dans les duels…Kroos est décisif dans la construction du jeu, pendant ce temps, Jo le couvre. Les deux veulent toujours avoir la balle et sont donc toujours disponibles. Même sous pression, ils ne perdent que très peu de ballons et trouvent toujours des solutions.

Leon Goretzka sur…

…L’analyse des erreurs commises face à l’Ukraine : Nous devons analyser ce qui n’a pas très bien fonctionné lors du dernier match et l’améliorer. De manière surprenante, nous avons fait beaucoup de fautes techniques, alors que nous avons les joueurs pour garder le ballon même dans des espaces resserrés.

…Le prochain adversaire : Nous allons affronter une équipe robuste avec des joueurs rapides. Nous devrons y faire face. Mais nous devrons surtout nous concentrer sur nous-mêmes. Je suis persuadé que ça ira mieux lors des prochains matchs.

…Sa motivation au moment de jouer pour l’équipe nationale : Quand je porte le maillot de la Mannschaft, cela me procure une sensation incroyable. J’ai l’impression de représenter 80 millions de personnes. C’est toujours particulier.

…Les débats sur la tactique : Tous les schémas ont des avantages et des inconvénients. Au final, c’est au coach de déterminer lequel convient le mieux en fonction de l’adversaire.

…Toni Kroos : Sur sa qualité de joueur, il n’y a pas grand-chose à dire. Il a presque tout gagné, il ne lui manque plus que l’EURO. Je suis heureux pour lui qu’il puisse disputer son 100e match avec l’équipe nationale. Ce n’est pas le genre de leader qui crie beaucoup, mais c’est un point de repère important sur le terrain. Il demande tout le temps le ballon et trouve toujours une solution. C’est très impressionnant. Lors d’un tournoi, il est d’une importance capitale, car il fait partie de ceux qui savent comment on gagne des titres. Dans les moments difficiles, il est là pour l’équipe. Ce sont des choses dont je veux m’inspirer également.

###more###