Actus

Les voeux du président

Chers supporters, chers amateurs de football,

Nous venons de vivre une année pleine de bouleversements, sur le terrain comme en dehors. Et cela continuera l'an prochain, car un grand tournoi international nous attend : l'EURO 2020, qui aura lieu en partie en Allemagne. Nous nous présenterons une nouvelle fois comme des hôtes chaleureux et ouverts sur le monde, et nous réjouissons d'avance à l'idée d’accueillir les visiteurs qui assisteront aux quatre rencontres se déroulant à Munich. Nous sommes également impatients de rencontrer nos futurs adversaires. Avec la France, championne du monde et le Portugal champion d'Europe, nous avons hérité non seulement du groupe le plus difficile mais également du plus intéressant. C'est une véritable chance, car cela signifie que les rencontres attendues par tous les passionnés de football auront lieu dès le premier tour.

Avant même le tirage au sort, la ferveur autour de notre équipe nationale a commencé à monter au moment de la qualification pour l'EURO. Le sélectionneur Joachim Löw a poursuivi le processus de reconstruction en faisant confiance à des jeunes joueurs et en annonçant que l'équipe nationale se passerait des services de joueurs expérimentés et vainqueurs de la coupe du monde tels que Mats Hummels, Thomas Müller et Jérôme Boateng. Trois joueurs que je tiens à remercier encore une fois pour tout ce qu'ils ont apporté à l'équipe nationale. Malgré ces changements importants, l'équipe a remporté sept victoires en dix matchs et en plus d'être performants sur le terrain, nos joueurs ont su donner une image positive en se rendant accessible auprès du public. Il faut continuer ainsi.

Soutenir et renforcer le travail des bénévoles

Concernant notre équipe nationale féminine, le fait marquant a eu lieu seulement après la coupe du monde en France, qui ne s'est malheureusement pas déroulée comme espéré. La victoire a Wembley, devant 77 000 spectateurs et dans un stade mythique, restera un moment inoubliable pour Martina Voss-Tecklenburg et sa jeune équipe, ainsi que pour nous tous. Et cela a montré une fois de plus tout le potentiel du football féminin. Je souhaite de tout cœur que plus de clubs professionnels allemands suivent l'exemple de l'Angleterre et favorisent l'égalité entre les hommes et les femmes en football. Parce que le ballon est le même pour tous. Si chacun comprend que c'est son rôle de valoriser le football féminin, alors nous rattraperons notre retard sur les nations les plus avancées dans ces domaine.

Enfin, l'engagement sans faille des bénévoles en faveur du football allemand a une fois de plus été exemplaire. Mais pour que celui-ci perdure, nous devons veiller à améliorer, notamment à travers notre relation avec les responsables politiques, les conditions dans lesquels ces bénévoles mènent à bien leur mission. Tout cela bien sûr en considérant à sa juste valeur le travail effectué. Car on pense trop souvent le travail accompli par les bénévoles dans nos quelque 25 000 clubs à travers le pays comme allant de soi, mais ce n'est pas le cas. C'est un travail indispensable pour la société dans son ensemble, il faut remercier du fond du cœur tous ceux qui y prennent part et leur dire : nous sommes reconnaissants pour tout le mal que vous vous donnez. Car la situation est simple : sans bénévolat, il n'y a pas de football.

Je vous souhaite à tous une très bonne année 2020, ainsi qu'à vos familles.

Sincèrement votre,

Fritz Keller.


Chers supporters, chers amateurs de football,

Nous venons de vivre une année pleine de bouleversements, sur le terrain comme en dehors. Et cela continuera l'an prochain, car un grand tournoi international nous attend : l'EURO 2020, qui aura lieu en partie en Allemagne. Nous nous présenterons une nouvelle fois comme des hôtes chaleureux et ouverts sur le monde, et nous réjouissons d'avance à l'idée d’accueillir les visiteurs qui assisteront aux quatre rencontres se déroulant à Munich. Nous sommes également impatients de rencontrer nos futurs adversaires. Avec la France, championne du monde et le Portugal champion d'Europe, nous avons hérité non seulement du groupe le plus difficile mais également du plus intéressant. C'est une véritable chance, car cela signifie que les rencontres attendues par tous les passionnés de football auront lieu dès le premier tour.

Avant même le tirage au sort, la ferveur autour de notre équipe nationale a commencé à monter au moment de la qualification pour l'EURO. Le sélectionneur Joachim Löw a poursuivi le processus de reconstruction en faisant confiance à des jeunes joueurs et en annonçant que l'équipe nationale se passerait des services de joueurs expérimentés et vainqueurs de la coupe du monde tels que Mats Hummels, Thomas Müller et Jérôme Boateng. Trois joueurs que je tiens à remercier encore une fois pour tout ce qu'ils ont apporté à l'équipe nationale. Malgré ces changements importants, l'équipe a remporté sept victoires en dix matchs et en plus d'être performants sur le terrain, nos joueurs ont su donner une image positive en se rendant accessible auprès du public. Il faut continuer ainsi.

Soutenir et renforcer le travail des bénévoles

Concernant notre équipe nationale féminine, le fait marquant a eu lieu seulement après la coupe du monde en France, qui ne s'est malheureusement pas déroulée comme espéré. La victoire a Wembley, devant 77 000 spectateurs et dans un stade mythique, restera un moment inoubliable pour Martina Voss-Tecklenburg et sa jeune équipe, ainsi que pour nous tous. Et cela a montré une fois de plus tout le potentiel du football féminin. Je souhaite de tout cœur que plus de clubs professionnels allemands suivent l'exemple de l'Angleterre et favorisent l'égalité entre les hommes et les femmes en football. Parce que le ballon est le même pour tous. Si chacun comprend que c'est son rôle de valoriser le football féminin, alors nous rattraperons notre retard sur les nations les plus avancées dans ces domaine.

Enfin, l'engagement sans faille des bénévoles en faveur du football allemand a une fois de plus été exemplaire. Mais pour que celui-ci perdure, nous devons veiller à améliorer, notamment à travers notre relation avec les responsables politiques, les conditions dans lesquels ces bénévoles mènent à bien leur mission. Tout cela bien sûr en considérant à sa juste valeur le travail effectué. Car on pense trop souvent le travail accompli par les bénévoles dans nos quelque 25 000 clubs à travers le pays comme allant de soi, mais ce n'est pas le cas. C'est un travail indispensable pour la société dans son ensemble, il faut remercier du fond du cœur tous ceux qui y prennent part et leur dire : nous sommes reconnaissants pour tout le mal que vous vous donnez. Car la situation est simple : sans bénévolat, il n'y a pas de football.

Je vous souhaite à tous une très bonne année 2020, ainsi qu'à vos familles.

Sincèrement votre,

Fritz Keller.