Actus

Klasen : « Cologne se rapproche petit à petit »

Les joueuses du SGS Essen se sont qualifiées pour les quarts de finale de DFB-Pokal féminine après une très bonne prestation sur la pelouse du SV Werder Brême (5-0). Il ne reste désormais plus que deux marches avant la finale à Cologne pour l’équipe de Daniel Kraus. Essen avait déjà atteint la finale en 2014 mais avait dû s’incliner contre le 1. FFC Francfort.

Jacqueline Klasen était déjà présente il y a trois ans. Dans une interview accordée à DFB.de, l’internationale allemande (deux sélections) évoque ce que signifie une finale de DFB-Pokal pour elle. La joueuse de 23 ans revient également sur la victoire contre Brême et sur ses convocations en équipe d’Allemagne.

DFB.de : Madame Klasen, la finale de DFB-Pokal n’est plus qu’à deux marches après la victoire 5-0 à Brême. Avez-vous déjà cet objectif en tête ?

Jacqueline Klasen : Chaque footballeuse rêve de pouvoir être une fois à Cologne. J’ai eu la chance d’avoir pu en faire l’expérience en 2014. Notre défaite 0-3 contre le 1. FFC Francfort en finale avait évidemment un goût amer mais les expériences vécues ce jour-là étaient tout simplement géniales.

DFB.de : De quoi vous souvenez-vous concrètement ?

Klasen : Le magnifique stade. Les nombreux spectateurs. Ils étaient plus de 16 000. Beaucoup d'amis et de connaissances étaient présents à Cologne pour assister à la rencontre. Nous avons après coup fêté notre participation à la finale qui fut un énorme succès pour nous. Quiconque ayant déjà vécu cela une fois voudrait le revivre.

DFB.de : Vous êtes actuellement en quarts de finale cette saison.

Klasen : En effet, Cologne se rapproche petit à petit. Mais, bien sûr, nous avons aussi besoin d’un peu de chance lors du tirage au sort. En ce moment, je suis juste heureuse que nous ayons gagné à Brême.

DFB.de : Le score de 5-0 était-il mérité ?

Klasen : Je le pense. J'ai même eu le sentiment sur le terrain qu'une victoire encore plus large aurait été possible. Nous étions dans un très bon jour et nous nous sommes procurées beaucoup d’occasions. Mais nous ne voulons pas exagérer. Le 5-0 suffit amplement.

DFB.de : Pourquoi étiez-vous si fortes ?

Klasen : L’attitude était juste parfaite et ce, de la première à la dernière minute. Nous voulions simplement rejoindre absolument le tour suivant pour que notre rêve de finale à Cologne soit encore réalisable. Mais maintenant, nous nous concentrons à 100% sur la Bundesliga féminine. Il reste encore deux rencontres difficiles avant Noël.

DFB.de : Vous affrontez le 1. FFC Francfort dimanche prochain.

Klasen : Et elles ont dernièrement frappé fort en gagnant 3-0 contre Fribourg. Néanmoins, nous y allons pour ramener un résultat. Nous sommes assez confiantes pour dire que ce sera un duel équilibré. Cela se jouera sur des petits détails. Nous devons toutes en être conscientes. Si nous sommes aussi concentrées et engagées qu'à Brême, nous avons des chances. Si nous ne sommes pas complètement à 100%, nous aurons des problèmes.

DFB.de : Comme lors de la défaite 0-4 contre le VfL Wolfsbourg lors de la dernière journée ?

Klasen : Il n’y a pas de honte à perdre contre Wolfsburg. C'est une très grande équipe. Mais l’ampleur du score nous a fait mal pour être honnête. Nous n'avions pas perdu les cinq matchs précédents en championnat. Je m’attendais à mieux contre le VfL mais rien n’a fonctionné ce jour-là.

DFB.de : Le SGS Essen est actuellement septième du classement. La rencontre à Francfort constitue-t-elle un tournant ?

Klasen : Il est important pour nous de ne pas perdre le contact avec la première partie de tableau. Nous rencontrerons ensuite le SC Fribourg. Ce sont deux vrais défis pour conclure l'année mais nous avons certainement toutes nos chances. Nous voulons aborder la trêve de Noël sur une bonne note. Puis je passerai en revue les derniers mois au calme.

DFB.de : Vous étiez également il y a quelques jours dans le groupe de l’équipe A d’Allemagne lors de la victoire 4-0 contre France. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Klasen : Chaque convocation est un grand honneur. J’ai été convoquée assez régulièrement au début de l'année, puis je ne l’étais plus pendant un moment. Nous avions en fait convenu que je n’allais pas revenir avant 2018. J’ai été d’autant plus surprise et contente d’être appelée pour le match contre la France. Chaque convocation dans le groupe des meilleures joueuses allemandes me fait progresser personnellement. Le niveau est logiquement extrêmement élevé, tout est très professionnel. Et cette nette victoire va nous booster pour les échéances qui nous attendent en 2018.

DFB.de : On peut remarquer que quatre ou cinq joueuses d'Essen sont régulièrement présentes en ce moment.

Klasen : Je considère que c'est un très bon signe, surtout pour le travail de formation. Il y a quelques années, notre gardienne Lisa Weiß était la seule internationale allemande évoluant à Essen. Cela a complètement changé aujourd’hui. Nous pouvons être fiers de cela. Mais il n'y a évidemment aucune raison de se reposer dessus.

[sw]

Les joueuses du SGS Essen se sont qualifiées pour les quarts de finale de DFB-Pokal féminine après une très bonne prestation sur la pelouse du SV Werder Brême (5-0). Il ne reste désormais plus que deux marches avant la finale à Cologne pour l’équipe de Daniel Kraus. Essen avait déjà atteint la finale en 2014 mais avait dû s’incliner contre le 1. FFC Francfort.

Jacqueline Klasen était déjà présente il y a trois ans. Dans une interview accordée à DFB.de, l’internationale allemande (deux sélections) évoque ce que signifie une finale de DFB-Pokal pour elle. La joueuse de 23 ans revient également sur la victoire contre Brême et sur ses convocations en équipe d’Allemagne.

DFB.de : Madame Klasen, la finale de DFB-Pokal n’est plus qu’à deux marches après la victoire 5-0 à Brême. Avez-vous déjà cet objectif en tête ?

Jacqueline Klasen : Chaque footballeuse rêve de pouvoir être une fois à Cologne. J’ai eu la chance d’avoir pu en faire l’expérience en 2014. Notre défaite 0-3 contre le 1. FFC Francfort en finale avait évidemment un goût amer mais les expériences vécues ce jour-là étaient tout simplement géniales.

DFB.de : De quoi vous souvenez-vous concrètement ?

Klasen : Le magnifique stade. Les nombreux spectateurs. Ils étaient plus de 16 000. Beaucoup d'amis et de connaissances étaient présents à Cologne pour assister à la rencontre. Nous avons après coup fêté notre participation à la finale qui fut un énorme succès pour nous. Quiconque ayant déjà vécu cela une fois voudrait le revivre.

DFB.de : Vous êtes actuellement en quarts de finale cette saison.

Klasen : En effet, Cologne se rapproche petit à petit. Mais, bien sûr, nous avons aussi besoin d’un peu de chance lors du tirage au sort. En ce moment, je suis juste heureuse que nous ayons gagné à Brême.

DFB.de : Le score de 5-0 était-il mérité ?

Klasen : Je le pense. J'ai même eu le sentiment sur le terrain qu'une victoire encore plus large aurait été possible. Nous étions dans un très bon jour et nous nous sommes procurées beaucoup d’occasions. Mais nous ne voulons pas exagérer. Le 5-0 suffit amplement.

DFB.de : Pourquoi étiez-vous si fortes ?

Klasen : L’attitude était juste parfaite et ce, de la première à la dernière minute. Nous voulions simplement rejoindre absolument le tour suivant pour que notre rêve de finale à Cologne soit encore réalisable. Mais maintenant, nous nous concentrons à 100% sur la Bundesliga féminine. Il reste encore deux rencontres difficiles avant Noël.

DFB.de : Vous affrontez le 1. FFC Francfort dimanche prochain.

Klasen : Et elles ont dernièrement frappé fort en gagnant 3-0 contre Fribourg. Néanmoins, nous y allons pour ramener un résultat. Nous sommes assez confiantes pour dire que ce sera un duel équilibré. Cela se jouera sur des petits détails. Nous devons toutes en être conscientes. Si nous sommes aussi concentrées et engagées qu'à Brême, nous avons des chances. Si nous ne sommes pas complètement à 100%, nous aurons des problèmes.

DFB.de : Comme lors de la défaite 0-4 contre le VfL Wolfsbourg lors de la dernière journée ?

Klasen : Il n’y a pas de honte à perdre contre Wolfsburg. C'est une très grande équipe. Mais l’ampleur du score nous a fait mal pour être honnête. Nous n'avions pas perdu les cinq matchs précédents en championnat. Je m’attendais à mieux contre le VfL mais rien n’a fonctionné ce jour-là.

DFB.de : Le SGS Essen est actuellement septième du classement. La rencontre à Francfort constitue-t-elle un tournant ?

Klasen : Il est important pour nous de ne pas perdre le contact avec la première partie de tableau. Nous rencontrerons ensuite le SC Fribourg. Ce sont deux vrais défis pour conclure l'année mais nous avons certainement toutes nos chances. Nous voulons aborder la trêve de Noël sur une bonne note. Puis je passerai en revue les derniers mois au calme.

DFB.de : Vous étiez également il y a quelques jours dans le groupe de l’équipe A d’Allemagne lors de la victoire 4-0 contre France. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Klasen : Chaque convocation est un grand honneur. J’ai été convoquée assez régulièrement au début de l'année, puis je ne l’étais plus pendant un moment. Nous avions en fait convenu que je n’allais pas revenir avant 2018. J’ai été d’autant plus surprise et contente d’être appelée pour le match contre la France. Chaque convocation dans le groupe des meilleures joueuses allemandes me fait progresser personnellement. Le niveau est logiquement extrêmement élevé, tout est très professionnel. Et cette nette victoire va nous booster pour les échéances qui nous attendent en 2018.

DFB.de : On peut remarquer que quatre ou cinq joueuses d'Essen sont régulièrement présentes en ce moment.

Klasen : Je considère que c'est un très bon signe, surtout pour le travail de formation. Il y a quelques années, notre gardienne Lisa Weiß était la seule internationale allemande évoluant à Essen. Cela a complètement changé aujourd’hui. Nous pouvons être fiers de cela. Mais il n'y a évidemment aucune raison de se reposer dessus.

###more###