Actus

Havertz : « Nous avons nos chances contre le Bayern »

Le joueur du Bayer Leverkusen Kai Havertz a fait des débuts fulgurants. Aucun autre professionnel, dans l’histoire de la Bundesliga, n’avait disputé 50 matchs de championnat aussi jeune. Maintenant, le joueur des U19 attend son nouveau grand moment. Le Bayer Leverkusen accueillera le Bayern Munich mardi soir en demi-finale de coupe d’Allemagne. Le rédacteur de DFB.de, Tobias Gonscherowski, s’est entretenu avec le joueur de 18 ans sur le duel face au club le plus titré en coupe d’Allemagne, ses premiers souvenirs de la compétition et ses rêves de l’équipe nationale A.

DFB.de : Kai Havertz, félicitations pour votre record établi à l’occasion de votre victoire 4-1 contre l’Eintracht Francfort. Vous êtes le plus jeune joueur à avoir déjà disputé 50 matchs de Bundesliga. Tout se passe bien pour vous puisque vous avez encore délivré deux passes décisives contre l’Eintracht Francfort.

Kai Havertz : Les choses se passent bien pour moi mais également pour toute l’équipe. Les deux victoires (ndlr : contre l’Eintracht Francfort et le RB Leipzig) étaient extrêmement importantes pour nous. Nous sommes de retour en haut du tableau.

DFB.de : Que signifie ce record pour vous ?

Havertz : C’est évidemment quelque chose de beau dont je me réjouis. Mais dans notre situation, cela n’est pas vraiment important. Il y a des choses plus importantes. On ne peut pas non plus lever le pied car il y a encore des matchs à jouer.

DFB.de : Vous allez maintenant jouer une demi-finale de coupe d’Allemagne. Quels expériences et souvenirs personnels gardez-vous de la coupe ?

Havertz : Dans notre famille, la finale de 2004 entre l’Alemannia Aix-La-Chapelle et le Werder Brême a joué un grand rôle. Toutefois, je ne me rappelle pas de grand-chose. J’avais 5 ans à l’époque et j’étais, comme tout le reste de ma famille, un fervent supporter de l’Alemannia Aix-La-Chapelle. Ma famille s’était rendue à Berlin pour la finale et l’avait vue sur place. J’avais également un abonnement pour le Tivoli.

DFB.de : Cette fois, vous serez acteur de l’événement. Est-ce que cette demi-finale contre le Bayern Munich se trouve en haut de la liste de vos plus grands moments ?

Havertz : Bien sûr. Dans notre équipe, il n’y a pas encore beaucoup de joueurs qui ont déjà disputé une demi-finale.

DFB.de : Avec vos deux derniers succès 4-1 contre des concurrents directs pour les places qualificatives en Ligue des Champions, on peut dire que vous vous êtes bien échauffés pour ce match contre le Bayern…

Havertz : Ces victoires étaient importantes pour notre confiance. Nous savons cependant que le Bayern est encore une équipe d’un autre calibre. Nous pouvons et allons donc entre sur le terrain avec encore plus d’envie. Si nous pouvons livrer une prestation à l’image des deux dernières, nous aurons nos chances contre le Bayern.

DFB.de : Le Bayer possède Sven Bender dans ses rangs. Celui-ci a disputé cinq finales avec le Borussia Dortmund et a déjà battu le Bayern Munich plusieurs fois. A-t-il déjà parlé à l’équipe au sujet de ce duel ?

Havertz : Pas vraiment encore. Il va vraisemblablement le faire à partir de maintenant. Nous en avons naturellement un peu discuté, il a également remporté plusieurs titres. Je prends chaque conseil qu’on peut me donner, j’en suis reconnaissant. Il a déjà une grosse expérience de ces matchs et il sait comment ils se passent.



Le joueur du Bayer Leverkusen Kai Havertz a fait des débuts fulgurants. Aucun autre professionnel, dans l’histoire de la Bundesliga, n’avait disputé 50 matchs de championnat aussi jeune. Maintenant, le joueur des U19 attend son nouveau grand moment. Le Bayer Leverkusen accueillera le Bayern Munich mardi soir en demi-finale de coupe d’Allemagne. Le rédacteur de DFB.de, Tobias Gonscherowski, s’est entretenu avec le joueur de 18 ans sur le duel face au club le plus titré en coupe d’Allemagne, ses premiers souvenirs de la compétition et ses rêves de l’équipe nationale A.

DFB.de : Kai Havertz, félicitations pour votre record établi à l’occasion de votre victoire 4-1 contre l’Eintracht Francfort. Vous êtes le plus jeune joueur à avoir déjà disputé 50 matchs de Bundesliga. Tout se passe bien pour vous puisque vous avez encore délivré deux passes décisives contre l’Eintracht Francfort.

Kai Havertz : Les choses se passent bien pour moi mais également pour toute l’équipe. Les deux victoires (ndlr : contre l’Eintracht Francfort et le RB Leipzig) étaient extrêmement importantes pour nous. Nous sommes de retour en haut du tableau.

DFB.de : Que signifie ce record pour vous ?

Havertz : C’est évidemment quelque chose de beau dont je me réjouis. Mais dans notre situation, cela n’est pas vraiment important. Il y a des choses plus importantes. On ne peut pas non plus lever le pied car il y a encore des matchs à jouer.

DFB.de : Vous allez maintenant jouer une demi-finale de coupe d’Allemagne. Quels expériences et souvenirs personnels gardez-vous de la coupe ?

Havertz : Dans notre famille, la finale de 2004 entre l’Alemannia Aix-La-Chapelle et le Werder Brême a joué un grand rôle. Toutefois, je ne me rappelle pas de grand-chose. J’avais 5 ans à l’époque et j’étais, comme tout le reste de ma famille, un fervent supporter de l’Alemannia Aix-La-Chapelle. Ma famille s’était rendue à Berlin pour la finale et l’avait vue sur place. J’avais également un abonnement pour le Tivoli.

DFB.de : Cette fois, vous serez acteur de l’événement. Est-ce que cette demi-finale contre le Bayern Munich se trouve en haut de la liste de vos plus grands moments ?

Havertz : Bien sûr. Dans notre équipe, il n’y a pas encore beaucoup de joueurs qui ont déjà disputé une demi-finale.

DFB.de : Avec vos deux derniers succès 4-1 contre des concurrents directs pour les places qualificatives en Ligue des Champions, on peut dire que vous vous êtes bien échauffés pour ce match contre le Bayern…

Havertz : Ces victoires étaient importantes pour notre confiance. Nous savons cependant que le Bayern est encore une équipe d’un autre calibre. Nous pouvons et allons donc entre sur le terrain avec encore plus d’envie. Si nous pouvons livrer une prestation à l’image des deux dernières, nous aurons nos chances contre le Bayern.

DFB.de : Le Bayer possède Sven Bender dans ses rangs. Celui-ci a disputé cinq finales avec le Borussia Dortmund et a déjà battu le Bayern Munich plusieurs fois. A-t-il déjà parlé à l’équipe au sujet de ce duel ?

Havertz : Pas vraiment encore. Il va vraisemblablement le faire à partir de maintenant. Nous en avons naturellement un peu discuté, il a également remporté plusieurs titres. Je prends chaque conseil qu’on peut me donner, j’en suis reconnaissant. Il a déjà une grosse expérience de ces matchs et il sait comment ils se passent.

###more###

DFB.de : Stefan Kießling pourrait lui aussi parler de son expérience en coupe d’Allemagne. Il était déjà là en 2009, lors de la dernière finale de Leverkusen à Berlin. Sur son chemin vers la finale, le Werkself a également éliminé le FC Bayern.

Havertz : Cela serait évidemment remarquable que « Kies » puisse jouer une autre finale de coupe d’Allemagne avec nous à l’occasion de sa fin de carrière. C’est quelque chose qu’il nous avait déjà fait savoir avant le début de la saison. Nous allons donc nous donner corps et âme afin qu’il puisse réaliser ce rêve.

DFB.de : Parlons un peu du Bayern Munich. Le Bayer Leverkusen a perdu deux fois 1-3 contre l’équipe de Jupp Heynckes. À Munich, vous avez fait jeu égal mais vous avez gaspillé vos occasions de but. Qu’est-ce que vous devez faire de mieux pour pouvoir battre Munich ?

Havertz : Les conséquences avant les buts adversaires doivent être meilleures. Comme vous l’avez dit, à Munich nous avons eu beaucoup d’occasions. Il y aurait pu avoir 2-2 ou 3-3. Au match retour à la maison, nous avons laissé trop d’espaces en défense. Et en attaque nous ne les avons pas assez utilisés, c’est quelque chose que nous devons améliorer. Nous voulons continuer à jouer notre football offensif et attractif. Nous avons montré que nous en étions capables lors des derniers matchs. Même si ce sera plus compliqué contre le Bayern, je pense que nous pouvons le faire.

DFB.de : Pouvez-vous expliquer quelles seront les plus grandes difficultés que vous rencontrerez contre le Bayern Munich ?

Havertz : Le Bayern Munich n’a pas d’équipe B. Contre Mönchengladbach (ndlr : victoire du Bayern 5-1 samedi dernier), ils avaient mis ce qu’on pourrait appeler l’équipe B. Et pourtant, sur le terrain, il n’y avait que des joueurs avec beaucoup d’expérience et de classe. C’est toujours dur contre eux. En tant qu’adversaire, on court la plupart du temps après le ballon et on finit par se fatiguer. Il faut que cela soit clair pour nous. Nous allons tout donner.

DFB.de : À quel point cela vous fait-il plaisir de jouer au Werkself avec de nombreux jeunes joueurs ?

Havertz : Cela me fait extrêmement plaisir car en plus des jeunes joueurs, nous avons également un bon mélange. Nous avons de jeunes joueurs qui ont très faim et également des joueurs très expérimentés comme « Kies » ou les frères Bender. Nous nous comprenons tous bien et cela a de bonnes répercussions sur le terrain.

DFB.de : Avez-vous eu des modèles dans votre jeunesse ?

Havertz : Avant, c’était Lionel Messi. Ensuite, je me suis orienté vers des joueurs comme Mesut Özil dont la manière de jouer me plait beaucoup. Mais je n’ai plus vraiment d’exemple en particulier.

DFB.de : Mesut Özil est devenu champion du monde. Vous avez-vous-même manqué l’occasion de disputer l’EURO U19 avec la sélection de la DFB en mars dernier. Ce fut une grosse déception pour vous ?

Havertz : Ce fut une très grande déception. Nous n’étions pas loin de le faire puisqu’il manquait le but décisif sur l’autre match peu avant la fin. Ce fut quelque chose d’extrêmement amer. Notre entraîneur Meikel Schönweitz a cependant bien géré les choses puisqu’il nous a signalés que nous étions encore très jeunes et que ces défaites sont de grands apprentissages. J’ai pu le vérifier et je me suis concentré sur les autres échéances.

DFB.de : Quelles sont vos perspectives à la DFB, attendez-vous des opportunités à long terme pour l'équipe nationale A ?

Havertz : Sur du long terme, oui. C’est mon rêve. Mais je suis également conscient de la qualité de l’effectif dont dispose actuellement le sélectionneur. Il sera donc très compliqué de se faire une place dans l’équipe actuelle. Pour le moment, je me concentre pleinement sur ce que j’ai à faire à Leverkusen.

###more###