Actus

Grindel : « Je suis fier que la DFB encourage la diversité »

A l‘occasion de la journée de commémoration de l’Holocauste, Reinhard Grindel, le président de la Fédération allemande de football (DFB), a tenu un discours pour réaffirmer l’attitude intransigeante de la DFB dans la lutte contre l’antisémitisme et l’exclusion. Au Musée allemand du football à Dortmund, le président de la DFB a déclaré : « Nous devons nous tenir aux côtés de tous ceux, qui à cause de leur religion, leur origine, leur ethnie ou leur orientation sexuelle sont l’objet de discriminations. Celui qui se dresse face aux valeurs du football doit recevoir un carton rouge »

Ce dimanche, de nombreux parlementaires étaient présents à cette commémoration. Les habitants de Dortmund pouvaient également assister à cette cérémonie et beaucoup d’entre eux ont profité de cette occasion et 250 personnes een tout ont pris place aujourd’hui à Dortmund au Musée allemand du football. Le 27 janvier est un jour de commémoration en Allemagne depuis 1996 mais également au niveau international depuis la décision des Nations Unies en 2005. Cette date correspond à la libération du camp de concentration d’Auschwitz en 1945 par l’Armée Rouge. Selon les historiens, entre 5,6 et 6,3 millions de Juifs européens ont trouvé la mort entre 1941 et 1945 dans ce génocide orchestré par l’Allemagne nazie. Parmi ces victimes, se trouvait notamment Julius Hirsch un international allemand de confession juive.

« Je suis fier que la DFB soit une fédération qui encourage la diversité »

Reinhard Grindel a rappelé que le football avait participé à l’exclusion des juifs pendant la période nazie : « C’est une triste réalité mais le football aussi est fautif, la fédération et les clubs n’ont pas montré de résistance. » En effet 14 clubs du sud de l’Allemagne, dont le Karlsruhe FV le club de Julius Hirsch, avaient participé à l’exclusion des Juifs en leur refusant l’accès à la pratique du football. « 85 ans après cette catastrophe collective d’une génération entière, nous vivons dans un tout autre pays et nous militons pour un tout autre football » a martelé Reinhard Grindel qui se déclare « fier que la DFB soit une fédération qui encourage la diversité. » A ses côté se trouvaient notamment Claudia Roth, la vice-présidente du Bundestag, Ulrich Sierau, le maire de Dortmund, et Jeremy Issacharoff, l’ambassadeur d’Israël.

Des clubs de Bundesliga affichent leur soutien dans la lutte contre le racisme

Plusieurs clubs de Bundesliga ont répondu à l’appel de l’initiative citoyenne « !Nie wieder » (« Plus jamais ça ») et ont eux aussi eu une pensée pour les victimes de la Shoah lors des matchs de samedi et lors de ceux de la semaine dernière. Les joueurs du Borussia Dortmund sont apparus derrière une bannière avec un slogan contre le racisme au moment de la traditionnelle photo d’équipe juste avant le coup d’envoi du match contre Fribourg. Le Hertha Berlin et le FSV Mayence se sont aussi distingués par leurs messages de tolérances à travers leurs différentes initiatives.

[DFB ]

A l‘occasion de la journée de commémoration de l’Holocauste, Reinhard Grindel, le président de la Fédération allemande de football (DFB), a tenu un discours pour réaffirmer l’attitude intransigeante de la DFB dans la lutte contre l’antisémitisme et l’exclusion. Au Musée allemand du football à Dortmund, le président de la DFB a déclaré : « Nous devons nous tenir aux côtés de tous ceux, qui à cause de leur religion, leur origine, leur ethnie ou leur orientation sexuelle sont l’objet de discriminations. Celui qui se dresse face aux valeurs du football doit recevoir un carton rouge »

Ce dimanche, de nombreux parlementaires étaient présents à cette commémoration. Les habitants de Dortmund pouvaient également assister à cette cérémonie et beaucoup d’entre eux ont profité de cette occasion et 250 personnes een tout ont pris place aujourd’hui à Dortmund au Musée allemand du football. Le 27 janvier est un jour de commémoration en Allemagne depuis 1996 mais également au niveau international depuis la décision des Nations Unies en 2005. Cette date correspond à la libération du camp de concentration d’Auschwitz en 1945 par l’Armée Rouge. Selon les historiens, entre 5,6 et 6,3 millions de Juifs européens ont trouvé la mort entre 1941 et 1945 dans ce génocide orchestré par l’Allemagne nazie. Parmi ces victimes, se trouvait notamment Julius Hirsch un international allemand de confession juive.

« Je suis fier que la DFB soit une fédération qui encourage la diversité »

Reinhard Grindel a rappelé que le football avait participé à l’exclusion des juifs pendant la période nazie : « C’est une triste réalité mais le football aussi est fautif, la fédération et les clubs n’ont pas montré de résistance. » En effet 14 clubs du sud de l’Allemagne, dont le Karlsruhe FV le club de Julius Hirsch, avaient participé à l’exclusion des Juifs en leur refusant l’accès à la pratique du football. « 85 ans après cette catastrophe collective d’une génération entière, nous vivons dans un tout autre pays et nous militons pour un tout autre football » a martelé Reinhard Grindel qui se déclare « fier que la DFB soit une fédération qui encourage la diversité. » A ses côté se trouvaient notamment Claudia Roth, la vice-présidente du Bundestag, Ulrich Sierau, le maire de Dortmund, et Jeremy Issacharoff, l’ambassadeur d’Israël.

Des clubs de Bundesliga affichent leur soutien dans la lutte contre le racisme

Plusieurs clubs de Bundesliga ont répondu à l’appel de l’initiative citoyenne « !Nie wieder » (« Plus jamais ça ») et ont eux aussi eu une pensée pour les victimes de la Shoah lors des matchs de samedi et lors de ceux de la semaine dernière. Les joueurs du Borussia Dortmund sont apparus derrière une bannière avec un slogan contre le racisme au moment de la traditionnelle photo d’équipe juste avant le coup d’envoi du match contre Fribourg. Le Hertha Berlin et le FSV Mayence se sont aussi distingués par leurs messages de tolérances à travers leurs différentes initiatives.