Actus

Génération 2000 : les stars de demain ?

L’Allemagne y était presque. Le 22 octobre 2017, devant 66 000 personnes venues prendre place au Salt Lake Stadium de Calcutta (Inde), les U17 de la DFB affrontent le Brésil en quart de finale de la Coupe du monde. Le score est de 1-0 pour l’Allemagne grâce à un penalty inscrit par Jann-Fiete Arp ; mais en l’espace de 6 minutes, les jeunes Brésiliens parviennent à renverser la vapeur grâce à deux buts fabuleux signés Weverson (71e) et Paulinho (77e). 1-2 score final et une déception encore perceptible le lendemain sur le visage d’Arp, capitaine ce jour-là : « Nous avons cru dur comme fer à la victoire. C’est donc d’autant plus frustrant car nous avons perdu sur deux buts du dimanche », déclarera-t-il.

Malgré cette défaite, la Coupe du monde U17 devient un extraordinaire tremplin pour les joueurs après leur retour en Allemagne. Six jours seulement après le quart de finale, Jann-Fiete Arp inscrit son premier but en Bundesliga avec le SV Hambourg, face au Hertha BSC (défaite 2-1). 35 jours plus tard, le défenseur Yann Aurel Bisseck (16 ans, FC Cologne) devient le plus jeune Allemand de l’histoire à disputer un match de Bundesliga. Onze autres joueurs de cette génération 2000 ont déjà disputé des matchs amicaux avec leurs clubs respectifs : Elias Abouchabaka, Nick Kühn, Kilian Ludewig et Erik Majetschak (tous au RB Leipzig), Lukas Mai et Alexander Nitzl (tous deux au Bayern Munich), Jan Boller (Bayer Leverkusen), Sahverdi Cetin (Eintracht Francfort), Luca Plogmann (Werder Brême), Josha Vagnoman (SV Hambourg) et John Yeboah (VfL Wolfsbourg).

« L’objectif est de former les joueurs pour l’équipe A »

« Les jeunes ont beaucoup appris pendant cette Coupe du monde et s’en sont servi pour leur développement personnel », a déclaré le sélectionneur Christian Wück. « Nous aurions aimé remporter le trophée, mais l’objectif principal est de former les joueurs pour l’équipe A. J’ai bon espoir qu’au sein de cette équipe, certains joueurs parviendront un jour ou l’autre à arriver tout en haut. »

Le joueur qui attire le plus les feux des projecteurs est naturellement Jann-Fiete Arp, le Torjäger. L’année 2017 n’aurait pas pu mieux se dérouler pour lui. Lors de l’EURO des moins de 17 ans organisé en Croatie au mois de mai, Arp inscrit 7 buts, dont notamment le triplé le plus rapide de l’histoire de la compétition (12 minutes) face à la Bosnie-Herzégovine (5-0). Après s’être vu décerner la Médaille d’Or Fritz-Walter de la part de la fédération allemande de football, il enchaîne avec 5 buts et 2 passes décisives à la Coupe du monde en Inde. Aujourd’hui, la « hype Arp » est définitivement lancée et le jeune prodige a déjà fait son apparition en couverture des journaux Sport Bild et kicker. Pas de quoi s’enflammer selon l’intéressé, qui passera son baccalauréat en printemps 2018.

Le collectif avant tout

« En fin de compte, je suis l’attaquant et j’ai donc la chance d’être devant et d’être mis dans de bonnes dispositions par mes coéquipiers. (…) C’est mon job de marquer beaucoup de buts pour l’équipe et c’est le job des défenseurs de ne pas laisser passer les adversaires », affirme-t-il. La conscience du collectif est l’une des forces du jeune attaquant du HSV, qui ne se laisse pas impressionner par son nouveau statut de célébrité.

Lors de la Coupe du monde en Inde, Arp partageait sa chambre avec son ami Yannik Keitel (SC Fribourg). Les deux faisaient partie du Mannschaftsrat, le noyau dur de l’équipe composé du capitaine et des vice-capitaines : Arp va vers les autres, est à l’écoute, prend des responsabilités. « Notre esprit d’équipe était impressionnant, c’était déjà le cas pendant l’EURO et encore davantage à la Coupe du monde », déclare Arp. « Surtout après la défaite 0-4 face à l’Iran lors du premier tour. Cette défaite nous a soudés. L’équipe n’a pas été poussée vers l’avant par deux ou trois leaders : nous voulions tous nous rattraper après cet accident de parcours. » 2017 a fait mûrir la génération 2000. Suffisamment pour que Arp et Bisseck ne restent pas des exceptions ?

[dfb]

L’Allemagne y était presque. Le 22 octobre 2017, devant 66 000 personnes venues prendre place au Salt Lake Stadium de Calcutta (Inde), les U17 de la DFB affrontent le Brésil en quart de finale de la Coupe du monde. Le score est de 1-0 pour l’Allemagne grâce à un penalty inscrit par Jann-Fiete Arp ; mais en l’espace de 6 minutes, les jeunes Brésiliens parviennent à renverser la vapeur grâce à deux buts fabuleux signés Weverson (71e) et Paulinho (77e). 1-2 score final et une déception encore perceptible le lendemain sur le visage d’Arp, capitaine ce jour-là : « Nous avons cru dur comme fer à la victoire. C’est donc d’autant plus frustrant car nous avons perdu sur deux buts du dimanche », déclarera-t-il.

Malgré cette défaite, la Coupe du monde U17 devient un extraordinaire tremplin pour les joueurs après leur retour en Allemagne. Six jours seulement après le quart de finale, Jann-Fiete Arp inscrit son premier but en Bundesliga avec le SV Hambourg, face au Hertha BSC (défaite 2-1). 35 jours plus tard, le défenseur Yann Aurel Bisseck (16 ans, FC Cologne) devient le plus jeune Allemand de l’histoire à disputer un match de Bundesliga. Onze autres joueurs de cette génération 2000 ont déjà disputé des matchs amicaux avec leurs clubs respectifs : Elias Abouchabaka, Nick Kühn, Kilian Ludewig et Erik Majetschak (tous au RB Leipzig), Lukas Mai et Alexander Nitzl (tous deux au Bayern Munich), Jan Boller (Bayer Leverkusen), Sahverdi Cetin (Eintracht Francfort), Luca Plogmann (Werder Brême), Josha Vagnoman (SV Hambourg) et John Yeboah (VfL Wolfsbourg).

« L’objectif est de former les joueurs pour l’équipe A »

« Les jeunes ont beaucoup appris pendant cette Coupe du monde et s’en sont servi pour leur développement personnel », a déclaré le sélectionneur Christian Wück. « Nous aurions aimé remporter le trophée, mais l’objectif principal est de former les joueurs pour l’équipe A. J’ai bon espoir qu’au sein de cette équipe, certains joueurs parviendront un jour ou l’autre à arriver tout en haut. »

Le joueur qui attire le plus les feux des projecteurs est naturellement Jann-Fiete Arp, le Torjäger. L’année 2017 n’aurait pas pu mieux se dérouler pour lui. Lors de l’EURO des moins de 17 ans organisé en Croatie au mois de mai, Arp inscrit 7 buts, dont notamment le triplé le plus rapide de l’histoire de la compétition (12 minutes) face à la Bosnie-Herzégovine (5-0). Après s’être vu décerner la Médaille d’Or Fritz-Walter de la part de la fédération allemande de football, il enchaîne avec 5 buts et 2 passes décisives à la Coupe du monde en Inde. Aujourd’hui, la « hype Arp » est définitivement lancée et le jeune prodige a déjà fait son apparition en couverture des journaux Sport Bild et kicker. Pas de quoi s’enflammer selon l’intéressé, qui passera son baccalauréat en printemps 2018.

Le collectif avant tout

« En fin de compte, je suis l’attaquant et j’ai donc la chance d’être devant et d’être mis dans de bonnes dispositions par mes coéquipiers. (…) C’est mon job de marquer beaucoup de buts pour l’équipe et c’est le job des défenseurs de ne pas laisser passer les adversaires », affirme-t-il. La conscience du collectif est l’une des forces du jeune attaquant du HSV, qui ne se laisse pas impressionner par son nouveau statut de célébrité.

Lors de la Coupe du monde en Inde, Arp partageait sa chambre avec son ami Yannik Keitel (SC Fribourg). Les deux faisaient partie du Mannschaftsrat, le noyau dur de l’équipe composé du capitaine et des vice-capitaines : Arp va vers les autres, est à l’écoute, prend des responsabilités. « Notre esprit d’équipe était impressionnant, c’était déjà le cas pendant l’EURO et encore davantage à la Coupe du monde », déclare Arp. « Surtout après la défaite 0-4 face à l’Iran lors du premier tour. Cette défaite nous a soudés. L’équipe n’a pas été poussée vers l’avant par deux ou trois leaders : nous voulions tous nous rattraper après cet accident de parcours. » 2017 a fait mûrir la génération 2000. Suffisamment pour que Arp et Bisseck ne restent pas des exceptions ?

###more###