Actus

Dallmann : « Ce prix est quelque chose de spécial pour moi »

Linda Dallmann élue joueuse de l’année ! La milieu de terrain de 23 ans du SGS Essen a été désignée joueuse de l’année 2017 par les fans sur le dite DFB.de avec 27,8 % des votes. Dzsenifer Marozsan (Olympique Lyonnais) et Leonie Maier (Bayern Munich) complètent quant à elles le podium. En tout, 4076 fans ont participé au vote.

Interrogée par DFB.de, Linda Dallmann se confie sur l’importance de cette distinction, sur son année en club et avec la Mannschaft et ses occupations actuelles en dehors du football.

DFB.de : Premier but en sélection, premier championnat d’Europe et maintenant le trophée de joueuse de l’année. Difficile de faire plus, non ?

Linda Dallmann : Cette année j’ai vraiment vécu de folles expériences et beaucoup appris pour la suite de ma carrière. C’est pourquoi je suis très reconnaissante d’avoir été si souvent appelée avec la Nationalmannschaft. Je crois que le match de novembre contre la France nous a permis de terminer l’année sur une note positive.

DFB.de : Avez-vous suivi le vote des fans ?

Linda Dallmann : Lorsqu’on vient d’une famille avec beaucoup de frères et sœurs et de cousins, il est clair que l’on reçoit plus de vote. (rires) Je pense que des gens qui me connaissent personnellement ont contribué à cette élection.

DFB.de : Que représente pour vous cette distinction ?

Linda Dallmann : Je vois ce prix comme une grande marque de considération. Le fait que les fans aient pu participer au vote apporte une saveur particulière à cette récompense.

DFB.de : Dzsenifer Marozsan est un véritable exemple pour vous. Qu’est-ce que ça vous fait d’avoir terminé devant elle ?

Linda Dallmann : Maro a bien-sûr d’incroyables qualités, je pense avec certitude qu’elle n’a plus rien à prouver. Je suis contente d’avoir remporté ce vote et de pouvoir jouer avec elle en sélection.

DFB.de : Quel moment précis retenez-vous pour l’année 2017 ?

Linda Dallmann : Le dernier match amical avant l’EURO contre le Brésil est un souvenir que je garde particulièrement en tête. J’y pense toujours d’ailleurs. Nous avons gagné 3-1 et fait un super match. Sinon il y a également eu le championnat d’Europe qui a été un vrai moment marquant pour moi, même si sportivement tout ne s’est pas passé comme nous l’avions imaginé.

DFB.de : L’EURO a été votre premier grand tournoi avec la Nationalmannschaft. Comment vit-on un tel évènement lorsqu’on est une jeune joueuse ?

Linda Dallmann : J’ai vraiment été très bien intégrée et guidée par mes coéquipières. Pour moi, cela a été un grand honneur de faire partie de cette équipe. Fin 2016 j’étais toujours blessée et je devais rattraper le niveau des autres joueuses à la SheBelieves Cup. Le fait d’avoir été sélectionnée pour disputer l’EURO a été d’autant plus beau et j’espère que ce ne sera pas la dernière fois, j’aimerais pouvoir vivre à nouveau cette expérience.

DFB.de : Vous évoluez au SGS Essen dans l’Allianz-Bundesliga féminine. Quel regard portez-vous sur cette phase aller ? En êtes-vous satisfaite ?

Linda Dallmann : Nous aurions pu récolter encore plus de points, c’est ce sur quoi nous avions tablé. Mais avec les deux prochains matchs qui comptent toujours pour la phase aller, nous avons l’occasion de bien débuter la nouvelle année. C’est désormais notre objectif.

DFB.de : Quels objectifs vous êtes-vous fixé pour 2018 ?

Linda Dallmann : Je veux continuer à prendre encore plus de responsabilité au sein du SGS Essen et à y jouer comme jusqu’ici un rôle déterminant. Sur le terrain, mon objectif est d’être plus dangereuse face au but et je dois aussi défendre ma place en sélection et cntinuer de m’y imposer.

DFB.de : Parallèlement à votre carrière, vous étudiez également les sciences du sport. Quel challenge vous êtes-vous fixé et comment arrivez-vous à concilier vos études et le football ?

Linda Dallmann : La période d’examen approche à grands pas. C’est évidemment compliqué pour moi de réussir mes études avec le temps dont je dispose pour étudier. Je suis souvent en déplacement avec mon club ou avec la Nationalmannschaft et je ne peux pas autant m’investir dans mes études que les autres étudiants. Malgré tout, je profite de ma vie d’étudiante, je prends beaucoup de plaisir dans mes études et j’essaie de les terminer le plus vite possible.

[DFB]

Linda Dallmann élue joueuse de l’année ! La milieu de terrain de 23 ans du SGS Essen a été désignée joueuse de l’année 2017 par les fans sur le dite DFB.de avec 27,8 % des votes. Dzsenifer Marozsan (Olympique Lyonnais) et Leonie Maier (Bayern Munich) complètent quant à elles le podium. En tout, 4076 fans ont participé au vote.

Interrogée par DFB.de, Linda Dallmann se confie sur l’importance de cette distinction, sur son année en club et avec la Mannschaft et ses occupations actuelles en dehors du football.

DFB.de : Premier but en sélection, premier championnat d’Europe et maintenant le trophée de joueuse de l’année. Difficile de faire plus, non ?

Linda Dallmann : Cette année j’ai vraiment vécu de folles expériences et beaucoup appris pour la suite de ma carrière. C’est pourquoi je suis très reconnaissante d’avoir été si souvent appelée avec la Nationalmannschaft. Je crois que le match de novembre contre la France nous a permis de terminer l’année sur une note positive.

DFB.de : Avez-vous suivi le vote des fans ?

Linda Dallmann : Lorsqu’on vient d’une famille avec beaucoup de frères et sœurs et de cousins, il est clair que l’on reçoit plus de vote. (rires) Je pense que des gens qui me connaissent personnellement ont contribué à cette élection.

DFB.de : Que représente pour vous cette distinction ?

Linda Dallmann : Je vois ce prix comme une grande marque de considération. Le fait que les fans aient pu participer au vote apporte une saveur particulière à cette récompense.

DFB.de : Dzsenifer Marozsan est un véritable exemple pour vous. Qu’est-ce que ça vous fait d’avoir terminé devant elle ?

Linda Dallmann : Maro a bien-sûr d’incroyables qualités, je pense avec certitude qu’elle n’a plus rien à prouver. Je suis contente d’avoir remporté ce vote et de pouvoir jouer avec elle en sélection.

DFB.de : Quel moment précis retenez-vous pour l’année 2017 ?

Linda Dallmann : Le dernier match amical avant l’EURO contre le Brésil est un souvenir que je garde particulièrement en tête. J’y pense toujours d’ailleurs. Nous avons gagné 3-1 et fait un super match. Sinon il y a également eu le championnat d’Europe qui a été un vrai moment marquant pour moi, même si sportivement tout ne s’est pas passé comme nous l’avions imaginé.

DFB.de : L’EURO a été votre premier grand tournoi avec la Nationalmannschaft. Comment vit-on un tel évènement lorsqu’on est une jeune joueuse ?

Linda Dallmann : J’ai vraiment été très bien intégrée et guidée par mes coéquipières. Pour moi, cela a été un grand honneur de faire partie de cette équipe. Fin 2016 j’étais toujours blessée et je devais rattraper le niveau des autres joueuses à la SheBelieves Cup. Le fait d’avoir été sélectionnée pour disputer l’EURO a été d’autant plus beau et j’espère que ce ne sera pas la dernière fois, j’aimerais pouvoir vivre à nouveau cette expérience.

DFB.de : Vous évoluez au SGS Essen dans l’Allianz-Bundesliga féminine. Quel regard portez-vous sur cette phase aller ? En êtes-vous satisfaite ?

Linda Dallmann : Nous aurions pu récolter encore plus de points, c’est ce sur quoi nous avions tablé. Mais avec les deux prochains matchs qui comptent toujours pour la phase aller, nous avons l’occasion de bien débuter la nouvelle année. C’est désormais notre objectif.

DFB.de : Quels objectifs vous êtes-vous fixé pour 2018 ?

Linda Dallmann : Je veux continuer à prendre encore plus de responsabilité au sein du SGS Essen et à y jouer comme jusqu’ici un rôle déterminant. Sur le terrain, mon objectif est d’être plus dangereuse face au but et je dois aussi défendre ma place en sélection et cntinuer de m’y imposer.

DFB.de : Parallèlement à votre carrière, vous étudiez également les sciences du sport. Quel challenge vous êtes-vous fixé et comment arrivez-vous à concilier vos études et le football ?

Linda Dallmann : La période d’examen approche à grands pas. C’est évidemment compliqué pour moi de réussir mes études avec le temps dont je dispose pour étudier. Je suis souvent en déplacement avec mon club ou avec la Nationalmannschaft et je ne peux pas autant m’investir dans mes études que les autres étudiants. Malgré tout, je profite de ma vie d’étudiante, je prends beaucoup de plaisir dans mes études et j’essaie de les terminer le plus vite possible.