Actus

Coupe du Monde 1966 : Le but de Wembley

Cet été, l’Allemagne participera pour la 19ème fois à une phase finale de Coupe du Monde. En attendant le coup d’envoi du Mondial en Russie, DFB.fr vous propose de revenir sur des moments marquants de l’histoire de la Mannschaft en Coupe du Monde. Retour aujourd’hui sur une finale qui a marqué à tout jamais l’histoire du football mondial : la finale de la Coupe du Monde 1966 restée dans toutes les mémoires en raison du but litigieux qui offrit la victoire aux Anglais.

30 juin 1966 – Finale de la Coupe du Monde en Angleterre : Allemagne / Angleterre 2-4 (ap)

Avant le match :

Ce 30 juin 1966, Wembley est le théâtre du premier duel en finale de Coupe du Monde face aux Anglais contre lesquels les Allemands ne s’étaient jamais imposés en amical. Pour cette finale, le sélectionneur Helmut Schön s’appuie sur le 11 de départ victorieux de l’Uruguay en quart de finale (4-0). Contrairement à l’avis de son assistant Detmar Cramer, Helmut Schön décide de placer Franz Beckenbauer au marquage de Bobby Charlton. Helmut Schön : « Lorsque j’ai pris Franz Beckenbauer à part pour le préparer à sa tâche, il a trouvé que la consigne était claire. » « Tout va bien ! Le meilleur onze est aligné » titre Bild le jour du match.

Cette finale se joue bien sûr à guichets fermés et la Reine Elizabeth est présente à Wembley tout comme les 12 000 supporters allemands ayant fait le voyage jusque dans la capitale anglaise.

Les Anglais qui ont encaissé seulement un but en demi-finale sont les favoris de cette finale. C’est la première fois que les joueurs du sélectionneur Alf Ramsey se retrouvent à ce stade de la compétition mais ils bénéficient d’un avantage certain en disputant cette finale à domicile.

Pour les Allemands, cette finale est l’occasion rêvée de s’adjuger un second titre mondial après celui remporté en Suisse en 1954.

Le match :

Les Allemands donnent le coup d’envoi à Wembley devant 96 264 spectateurs mais subissent la pression des Anglais dès les premières du match. C’est pourtant les joueurs de Helmut Schön qui ouvrent le score assez tôt dans cette finale par l’intermédiaire de Helmut Haller. Bobby Charlton dégage un centre de Siegfried Held venu de la gauche dans les pieds de Helmut Haller qui envoie la balle au fond des filets (1-0, 12e). Cet avantage est de courte durée puisque les Anglais égalisent grâce à un but de l’attaquant Geoff Hurst seulement six minutes plus tard. Les Allemands se créent plusieurs occasions de buts durant cette première mi-temps mais ces derniers butent sur l’immense Gordon Banks qui stoppent les tentatives d’Overath et Emmerich juste avant la pause.

« À la mi-temps il régnait une très bonne ambiance dans notre vestiaire. On pouvait sentir la concentration de chaque joueur. Ils savaient tous que ce match était totalement ouvert, tout était encore possible pour nous. Je n’avais pas grand-chose à ajouter. » se souvient Helmut Schön.

À douze minutes du coup de sifflet final, les Anglais prennent l’avantage grâce à Martin Peters (78e, 1-2) puis sont tous proches d’inscrire un troisième but mais Bobby Charlton manque le cadre devant Tilkowski. Les Allemands en profitent et égalisent dans les tous derniers instants du temps réglementaires grâce au joueur de Cologne Wolfgang Weber à la réception d’un coup franc de Lothar Emmerich ! (90e, 2-2) Les Allemands arrachent la prolongation alors que les supporters anglais commençaient à fêter la victoire en tribunes.

Furieux d’avoir concédé l’égalisation dans les tous derniers instants du match, les Anglais entament cette prolongation tambour battant et inscrivent à la 101ème minute un but qui marquera à tout jamais l’histoire des Coupes du Monde. Geoff Hurst donne l’avantage à l’Angleterre sur une frappe qui touche la transversale puis la ligne de but avant d’être dégagée par un défenseur allemand. Gottfried Dienst, l’arbitre suisse de la rencontre accorde le but aux Anglais après s’être entretenu avec son juge de ligne alors que les Allemands soutiennent que le ballon n’a jamais franchi la ligne. Malgré les protestations le jeu reprend et les Anglais s’adjugent définitivement le titre mondial grâce à un nouveau but de Geoff Hurst à la dernière minute. (120e, 2-4). Ce but inscrit de façon rocambolesque et involontaire permet à l’Angleterre de soulever sa première Coupe du Monde chez elle à Wembley devant des Allemands indignés par le troisième but de Geoff Hurst qu’ils considèrent non valide.

Helmut Schön l’affirme : « Dans les vestiaires la déception était immense. Certains joueurs ont pleuré. Il y a eu également des mots marquants » Les joueurs seront tout de même accueillis en héros à Francfort et recevront le soutien et la reconnaissance des supporters allemands malgré cet épilogue malheureux.

Le 11 allemand : Tilkowski – Höttges, Schulz, Weber, Schnellinger – Haller, Beckenbauer, Overath – Held, Seeler, Emmerich.

Buts : 1-0 Haller (12e), 1-1 Hurst (18e), 1-2 Peters (78e), 2-2 Weber (90e), 2-3, 2-4 Hurst (101e, 120e)

Spectateurs : 96 264

Réactions à propos du match :

Helmut Schön : « Bien sûr que nous aurions voulu être sacrés champions du monde mais nous sommes tout de même satisfaits de notre deuxième place. Ce résultat est supérieur aux attentes que nous avions placé dans cette Coupe du Monde. »

Wolfgang Weber : « Si la balle était entrée dans le but, j’aurais dû la dégager du but à l’aide d’un retourné acrobatique. »

Willi Schulz : « Après tout, et c’est ce qui me rend fier, nous n’avons pas perdu le match au sein des 90 minutes de jeu réglementaires. »

Stanley Rous (Président de la FIFA) : « C’est l’équipe la plus combative qui s’est imposée. À propos du troisième but je voudrais dire que celui-ci a été inscrit à la régulière. »

Geoff Hurst : « J’ai tiré en pivot et j’étais ensuite occupé à essayer de rester sur mes jambes. Je n’ai pas pu voir si la balle avait franchi la ligne. »

Bobby Moore (capitaine de l’Angleterre) : « Nous sommes fous de joie. J’ai vécu ce match comme un rêve. Les Allemands ont joué à fond contre nous et ce n’était pas rien. »

« Cette victoire finale n’est pas méritée. L’Allemagne a toutes les raisons de féliciter son équipe. Personne ne doit avoir honte de cette défaite qui est intervenue dans des mystérieuses et malheureuses circonstances. Cela ne nous empêche pas d’accorder à notre adversaire tout le respect qu’il mérite. » (Kicker)

« Nous avons perdu sur le score de 2-2 ! » (Bild)

« Wembley n’a jamais vécu un tel match auparavant. Le suspense et la dramaturgie ont dominé le match pendant 120 minutes. Les quelques 100 000 spectateurs qui ont souffert à chaque seconde de choc titanesque entre les joueurs des deux équipes se souviendront à jamais de ce frisson monstrueux et angoissant. » (Sunday Express / London)

[DFB]

Cet été, l’Allemagne participera pour la 19ème fois à une phase finale de Coupe du Monde. En attendant le coup d’envoi du Mondial en Russie, DFB.fr vous propose de revenir sur des moments marquants de l’histoire de la Mannschaft en Coupe du Monde. Retour aujourd’hui sur une finale qui a marqué à tout jamais l’histoire du football mondial : la finale de la Coupe du Monde 1966 restée dans toutes les mémoires en raison du but litigieux qui offrit la victoire aux Anglais.

30 juin 1966 – Finale de la Coupe du Monde en Angleterre : Allemagne / Angleterre 2-4 (ap)

Avant le match :

Ce 30 juin 1966, Wembley est le théâtre du premier duel en finale de Coupe du Monde face aux Anglais contre lesquels les Allemands ne s’étaient jamais imposés en amical. Pour cette finale, le sélectionneur Helmut Schön s’appuie sur le 11 de départ victorieux de l’Uruguay en quart de finale (4-0). Contrairement à l’avis de son assistant Detmar Cramer, Helmut Schön décide de placer Franz Beckenbauer au marquage de Bobby Charlton. Helmut Schön : « Lorsque j’ai pris Franz Beckenbauer à part pour le préparer à sa tâche, il a trouvé que la consigne était claire. » « Tout va bien ! Le meilleur onze est aligné » titre Bild le jour du match.

Cette finale se joue bien sûr à guichets fermés et la Reine Elizabeth est présente à Wembley tout comme les 12 000 supporters allemands ayant fait le voyage jusque dans la capitale anglaise.

Les Anglais qui ont encaissé seulement un but en demi-finale sont les favoris de cette finale. C’est la première fois que les joueurs du sélectionneur Alf Ramsey se retrouvent à ce stade de la compétition mais ils bénéficient d’un avantage certain en disputant cette finale à domicile.

Pour les Allemands, cette finale est l’occasion rêvée de s’adjuger un second titre mondial après celui remporté en Suisse en 1954.

Le match :

Les Allemands donnent le coup d’envoi à Wembley devant 96 264 spectateurs mais subissent la pression des Anglais dès les premières du match. C’est pourtant les joueurs de Helmut Schön qui ouvrent le score assez tôt dans cette finale par l’intermédiaire de Helmut Haller. Bobby Charlton dégage un centre de Siegfried Held venu de la gauche dans les pieds de Helmut Haller qui envoie la balle au fond des filets (1-0, 12e). Cet avantage est de courte durée puisque les Anglais égalisent grâce à un but de l’attaquant Geoff Hurst seulement six minutes plus tard. Les Allemands se créent plusieurs occasions de buts durant cette première mi-temps mais ces derniers butent sur l’immense Gordon Banks qui stoppent les tentatives d’Overath et Emmerich juste avant la pause.

« À la mi-temps il régnait une très bonne ambiance dans notre vestiaire. On pouvait sentir la concentration de chaque joueur. Ils savaient tous que ce match était totalement ouvert, tout était encore possible pour nous. Je n’avais pas grand-chose à ajouter. » se souvient Helmut Schön.

À douze minutes du coup de sifflet final, les Anglais prennent l’avantage grâce à Martin Peters (78e, 1-2) puis sont tous proches d’inscrire un troisième but mais Bobby Charlton manque le cadre devant Tilkowski. Les Allemands en profitent et égalisent dans les tous derniers instants du temps réglementaires grâce au joueur de Cologne Wolfgang Weber à la réception d’un coup franc de Lothar Emmerich ! (90e, 2-2) Les Allemands arrachent la prolongation alors que les supporters anglais commençaient à fêter la victoire en tribunes.

Furieux d’avoir concédé l’égalisation dans les tous derniers instants du match, les Anglais entament cette prolongation tambour battant et inscrivent à la 101ème minute un but qui marquera à tout jamais l’histoire des Coupes du Monde. Geoff Hurst donne l’avantage à l’Angleterre sur une frappe qui touche la transversale puis la ligne de but avant d’être dégagée par un défenseur allemand. Gottfried Dienst, l’arbitre suisse de la rencontre accorde le but aux Anglais après s’être entretenu avec son juge de ligne alors que les Allemands soutiennent que le ballon n’a jamais franchi la ligne. Malgré les protestations le jeu reprend et les Anglais s’adjugent définitivement le titre mondial grâce à un nouveau but de Geoff Hurst à la dernière minute. (120e, 2-4). Ce but inscrit de façon rocambolesque et involontaire permet à l’Angleterre de soulever sa première Coupe du Monde chez elle à Wembley devant des Allemands indignés par le troisième but de Geoff Hurst qu’ils considèrent non valide.

Helmut Schön l’affirme : « Dans les vestiaires la déception était immense. Certains joueurs ont pleuré. Il y a eu également des mots marquants » Les joueurs seront tout de même accueillis en héros à Francfort et recevront le soutien et la reconnaissance des supporters allemands malgré cet épilogue malheureux.

Le 11 allemand : Tilkowski – Höttges, Schulz, Weber, Schnellinger – Haller, Beckenbauer, Overath – Held, Seeler, Emmerich.

Buts : 1-0 Haller (12e), 1-1 Hurst (18e), 1-2 Peters (78e), 2-2 Weber (90e), 2-3, 2-4 Hurst (101e, 120e)

Spectateurs : 96 264

Réactions à propos du match :

Helmut Schön : « Bien sûr que nous aurions voulu être sacrés champions du monde mais nous sommes tout de même satisfaits de notre deuxième place. Ce résultat est supérieur aux attentes que nous avions placé dans cette Coupe du Monde. »

Wolfgang Weber : « Si la balle était entrée dans le but, j’aurais dû la dégager du but à l’aide d’un retourné acrobatique. »

Willi Schulz : « Après tout, et c’est ce qui me rend fier, nous n’avons pas perdu le match au sein des 90 minutes de jeu réglementaires. »

Stanley Rous (Président de la FIFA) : « C’est l’équipe la plus combative qui s’est imposée. À propos du troisième but je voudrais dire que celui-ci a été inscrit à la régulière. »

Geoff Hurst : « J’ai tiré en pivot et j’étais ensuite occupé à essayer de rester sur mes jambes. Je n’ai pas pu voir si la balle avait franchi la ligne. »

Bobby Moore (capitaine de l’Angleterre) : « Nous sommes fous de joie. J’ai vécu ce match comme un rêve. Les Allemands ont joué à fond contre nous et ce n’était pas rien. »

« Cette victoire finale n’est pas méritée. L’Allemagne a toutes les raisons de féliciter son équipe. Personne ne doit avoir honte de cette défaite qui est intervenue dans des mystérieuses et malheureuses circonstances. Cela ne nous empêche pas d’accorder à notre adversaire tout le respect qu’il mérite. » (Kicker)

« Nous avons perdu sur le score de 2-2 ! » (Bild)

« Wembley n’a jamais vécu un tel match auparavant. Le suspense et la dramaturgie ont dominé le match pendant 120 minutes. Les quelques 100 000 spectateurs qui ont souffert à chaque seconde de choc titanesque entre les joueurs des deux équipes se souviendront à jamais de ce frisson monstrueux et angoissant. » (Sunday Express / London)

###more###