Actus

Brandt : « Cette fois, nous avons été récompensés »

Lors des sept minutes passées sur le terrain en deux matchs, Julian Brandt a trouvé le poteau à deux reprises. Le jeune milieu offensif parle dans une interview signée DFB.de du match contre la Corée du Sud ce mercredi.

DFB.de : Monsieur Brandt, savez-vous ce que j’ai pensé, comme beaucoup d’autres personnes, lorsque j’ai vu votre frappe percuter le poteau ?

Julian Brandt : Non

DFB.de : Je pensais que c’était fini. Ce ne sera pas pour aujourd’hui. L’Allemagne fait match nul et nous sommes réellement éliminés.

Julian Brandt : Oui, certains pouvaient avoir l’impression que cette frappe soit le symbole de tous nos efforts, sans qu’ils soient récompensés. Nous avons encaissé un but à cause de nos propres erreurs. La deuxième mi-temps a ensuite été très bonne. Nous avions de nombreuses occasions mais le ballon ne voulait pas rentrer. La Suède n’avait pas beaucoup de travail pour ouvrir le score et même un match nul aurait été suffisant pour eux. Nous commencions à avoir le sentiment sur le terrain que le temps va nous manquer très rapidement. Mais le fait d’y croire jusqu’au bout fait partie de l’identité de la Mannschaft. Cette fois, nous avons été récompensés.

DFB.de : Où étiez-vous positionné au moment du coup franc ?

Julian Brandt : Directement devant le but, à peine à quatre mètres de la ligne de but. J’étais bien placé pour voir le ballon aller en pleine lucarne. J’ai ensuite explosé de joie.

DFB.de : Pensiez-vous que Toni Kroos allait le tirer ?

Julian Brandt : Vu la position de Marco Reus, on pouvait s’attendre ce qu’il lui pousse la balle pour que Toni puisse frapper. Il l’a bien placé dans la lucarne.

DFB.de : Y a-t-il un risque que vous avez déployé trop de force contre la Suède et que le match contre la Corée du Sud sera plus difficile ?

Julian Brandt : Ce genre de match peut aussi permettre de déchaîner sa force. Nous avons commencé le tournoi avec une défaite, ce n’était pas un bon match. Maintenant, nous savons de quelle manière nous devons jouer. Nous savons que jouer avec quelques pourcents en moins ne suffit pas pour gagner. La victoire nous a fait beaucoup de bien mentalement. Chacun avait l’impression d’avoir tout donné et d’avoir mérité ce succès. Nous savons ce qui est en jeu contre la Corée du Sud et nous connaissons notre objectif. Je suis sûr que nous saurons maintenir la pression ce mercredi.

DFB.de : La Corée du Sud est un adversaire totalement différent de la Suède. Comment faut-il les affronter ?

Julian Brandt : Il ne faut pas vraiment changer notre manière de jouer. Il faut continuer à jouer comme nous l’avons fait contre la Suède. Beaucoup de passes courtes, rapides en mettant la pression vers l’avant. Nous voulons essayer de constamment pousser les Coréens dans leur moitié de terrain. Ensuite ce serait bien de marquer un but à un moment ou un autre.

DFB.de : Vous connaissez très bien Heung-Min Son car vous avez joué ensemble à Leverkusen. Qu’est-ce qui le définit ?

Julian Brandt : C’était un très bon joueur à Leverkusen et il fait également une très bonne saison pour Tottenham. Il est bon des deux pieds, très rapide et dangereux. Il s’agit certes d’un ailier, mais il marque beaucoup de buts et réalise énormément de passes décisives. C’est une personne très gentille, je me suis lié d’amitié avec lui à Leverkusen. Quand un joueur quitte le club, les relations ne sont plus les mêmes, c’est normal. Je l’apprécie énormément. J’ai joué contre lui il y a deux ans lors des Jeux Olympiques. Je vais le revoir et j’ai hâte.

DFB.de : Pour être sûr de gagner, il faut remporter le match avec deux buts d’écarts. Ce fait peut être en votre faveur, vu que vous avez été très dangereux en peu de minutes sur le terrain. Quelle est votre rôle actuel dans l’équipe ?

Julian Brandt : Je suis entré deux fois en cours de match dans des situations difficiles, pour moi comme pour l’équipe. L’aspect positif est que chaque frappe sur le poteau était de plus en plus précise. La prochaine rentrera. Mon rôle est le même depuis le début du tournoi. Si je peux rentrer sur le terrain, ne serait-ce que cinq ou dix minutes, alors je suis content. Quand j’arrive sur le terrain, je veux apporter du dynamisme à l’équipe.

[dfb]

Lors des sept minutes passées sur le terrain en deux matchs, Julian Brandt a trouvé le poteau à deux reprises. Le jeune milieu offensif parle dans une interview signée DFB.de du match contre la Corée du Sud ce mercredi.

DFB.de : Monsieur Brandt, savez-vous ce que j’ai pensé, comme beaucoup d’autres personnes, lorsque j’ai vu votre frappe percuter le poteau ?

Julian Brandt : Non

DFB.de : Je pensais que c’était fini. Ce ne sera pas pour aujourd’hui. L’Allemagne fait match nul et nous sommes réellement éliminés.

Julian Brandt : Oui, certains pouvaient avoir l’impression que cette frappe soit le symbole de tous nos efforts, sans qu’ils soient récompensés. Nous avons encaissé un but à cause de nos propres erreurs. La deuxième mi-temps a ensuite été très bonne. Nous avions de nombreuses occasions mais le ballon ne voulait pas rentrer. La Suède n’avait pas beaucoup de travail pour ouvrir le score et même un match nul aurait été suffisant pour eux. Nous commencions à avoir le sentiment sur le terrain que le temps va nous manquer très rapidement. Mais le fait d’y croire jusqu’au bout fait partie de l’identité de la Mannschaft. Cette fois, nous avons été récompensés.

DFB.de : Où étiez-vous positionné au moment du coup franc ?

Julian Brandt : Directement devant le but, à peine à quatre mètres de la ligne de but. J’étais bien placé pour voir le ballon aller en pleine lucarne. J’ai ensuite explosé de joie.

DFB.de : Pensiez-vous que Toni Kroos allait le tirer ?

Julian Brandt : Vu la position de Marco Reus, on pouvait s’attendre ce qu’il lui pousse la balle pour que Toni puisse frapper. Il l’a bien placé dans la lucarne.

DFB.de : Y a-t-il un risque que vous avez déployé trop de force contre la Suède et que le match contre la Corée du Sud sera plus difficile ?

Julian Brandt : Ce genre de match peut aussi permettre de déchaîner sa force. Nous avons commencé le tournoi avec une défaite, ce n’était pas un bon match. Maintenant, nous savons de quelle manière nous devons jouer. Nous savons que jouer avec quelques pourcents en moins ne suffit pas pour gagner. La victoire nous a fait beaucoup de bien mentalement. Chacun avait l’impression d’avoir tout donné et d’avoir mérité ce succès. Nous savons ce qui est en jeu contre la Corée du Sud et nous connaissons notre objectif. Je suis sûr que nous saurons maintenir la pression ce mercredi.

DFB.de : La Corée du Sud est un adversaire totalement différent de la Suède. Comment faut-il les affronter ?

Julian Brandt : Il ne faut pas vraiment changer notre manière de jouer. Il faut continuer à jouer comme nous l’avons fait contre la Suède. Beaucoup de passes courtes, rapides en mettant la pression vers l’avant. Nous voulons essayer de constamment pousser les Coréens dans leur moitié de terrain. Ensuite ce serait bien de marquer un but à un moment ou un autre.

DFB.de : Vous connaissez très bien Heung-Min Son car vous avez joué ensemble à Leverkusen. Qu’est-ce qui le définit ?

Julian Brandt : C’était un très bon joueur à Leverkusen et il fait également une très bonne saison pour Tottenham. Il est bon des deux pieds, très rapide et dangereux. Il s’agit certes d’un ailier, mais il marque beaucoup de buts et réalise énormément de passes décisives. C’est une personne très gentille, je me suis lié d’amitié avec lui à Leverkusen. Quand un joueur quitte le club, les relations ne sont plus les mêmes, c’est normal. Je l’apprécie énormément. J’ai joué contre lui il y a deux ans lors des Jeux Olympiques. Je vais le revoir et j’ai hâte.

DFB.de : Pour être sûr de gagner, il faut remporter le match avec deux buts d’écarts. Ce fait peut être en votre faveur, vu que vous avez été très dangereux en peu de minutes sur le terrain. Quelle est votre rôle actuel dans l’équipe ?

Julian Brandt : Je suis entré deux fois en cours de match dans des situations difficiles, pour moi comme pour l’équipe. L’aspect positif est que chaque frappe sur le poteau était de plus en plus précise. La prochaine rentrera. Mon rôle est le même depuis le début du tournoi. Si je peux rentrer sur le terrain, ne serait-ce que cinq ou dix minutes, alors je suis content. Quand j’arrive sur le terrain, je veux apporter du dynamisme à l’équipe.