Actus

Allemagne-France : quand la Mannschaft et les Bleus affrontent les champions du monde

La Mannschaft et Les Bleus s’affronteront ce soir pour la 31e fois depuis leur première confrontation en 1931. Sur les 30 rencontres précédentes, sept ont offert l’occasion à l’une des deux équipes d’affronter les champions du monde en titre. Le bilan est sans appel : six victoires françaises, un match nul.

Retour sur ces sept matchs pas comme les autres, avant la huitième manche de ce mardi soir, au stade de France de Saint-Denis (coup d’envoi à 20h45), dans le cadre de l'UEFA Nations League.

16 octobre 1954 : Allemagne 1-3 France, Hambourg

86 000 personnes se massent dans les gradins du Niedersachsenstadion de Hanovre, pour assister au premier match à domicile de l’Allemagne de l’Ouest depuis son sacre historique à la Coupe du monde 1954. Sur le terrain, une RFA remaniée, privée notamment de son capitaine Fritz Walter et de son double buteur en finale Helmut Rahn, prend l’eau face aux Bleus de Raymond Kopa. La France s’impose 3-1 grâce à un doublé de Jacques Foix (33e, 55e), entré en jeu à la 27e minute, et un but de Jean Vincent (35e) ; Klaus Stürmer sauve l’honneur sur une frappe en pleine lucarne (75e).

Ce match fut l’occasion pour le sélectionneur Sepp Herberger de lancer dans le grand bain un jeune joueur de 17 ans : Uwe Seeler, futur capitaine de l’équipe d’Allemagne (72 sélections, 43 buts)

28 juin 1958 : France 6-3 Allemagne, Göteborg

La « petite » finale de la Coupe du monde en Suède est largement remportée par la France (6-3). Auteur d’un quadruplé (16e, 36e, 78e, 89e), Just Fontaine marque l’histoire en portant son total à 13 buts depuis le début de cette Coupe du monde 1958 – un record qui demeure inégalé aujourd’hui. Kopa (27e) et Douis (50e) trompent eux aussi le gardien Kwiatkowski, tandis que l’Allemagne inscrit trois buts grâce à Hans Cieslarczyk (18e), Helmut Rahn (52e) et Hans Schäfer (84e).

Ce match est aussi marqué par un mauvais geste de Raymond Kopa sur Horst Szymaniak en début de seconde période. Tombé à terre après un tacle du milieu de terrain allemand, Kopa refuse d’abord la main tendue de Szymaniak ; lorsque ce dernier se retourne, Kopa lui met un coup de genou dans le dos. « Je regrette d’avoir perdu mon sang-froid et de lui être rentré dedans », déclare le joueur français après la rencontre. « Selon moi, les tacles glissés des joueurs allemands n’étaient souvent pas corrects et dangereux. »

23 février 1977 : France 1-0 Allemagne, Paris

Dans un Parc des Princes à guichets fermés, l’équipe de France reçoit l’Allemagne championne du monde - mais pas championne d’Europe, la faute à un certain Antonin Panenka. Les Bleus et leur nouveau meneur de jeu Michel Platini l’emportent 1-0 grâce à un but d’Olivier Rouyer (53e).

Ce match amical fut le dernier de Franz Beckenbauer sous les couleurs de l’équipe d’Allemagne (103 sélections, 14 buts).

27 février 2001 : France 1-0 Allemagne, Saint-Denis

Face à une équipe de France au zénith, championne du monde en 1998 et d’Europe en 2000, l’Allemagne ne fait pas le poids dans ce match amical. Peu de fans et d’observateurs croient en une bonne performance de la Mannschaft, en pleine reconstruction après un EURO 2000 raté. Au Stade de France, Les Bleus se montrent fort heureusement maladroits au moment de concrétiser leurs nombreuses occasions de but : seul Zinédine Zidane (27e) trouve le chemin des filets face à un Oliver Kahn en grande forme. Après la rencontre, le sélectionneur Rudi Völler déclare : « Les Français font des choses en plein match que nos joueurs osent à peine tenter à l’entraînement. »

13 novembre 2015 : France 2-0 Allemagne, Saint-Denis

Aujourd’hui, la France et l’Allemagne se retrouveront pour la première fois au Stade de France depuis la tragédie du 13 novembre 2015. Le soir du match, des attaques-suicides aux abords du stade et des fusillades en plein cœur de la capitale font 130 morts et 413 blessés.

Après la rencontre, l’équipe d’Allemagne décide de passer la nuit au stade, par mesure de sécurité. L’équipe de France décide alors de rester également. « Un grand geste de camaraderie », déclarera alors le président de la DFB, Reinhard Rauball. Des matelas sont installés dans les vestiaires, mais peu de joueurs trouvent le sommeil. Certains discutent, d’autres prient.

« Je ne peux toujours pas y croire », déclarera le capitaine de l’équipe d’Allemagne, Bastian Schweinsteiger. « Je veux adresser mes plus profondes condoléances à toutes les personnes touchées par cette tragédie. Je pense aussi aux morts des attentats de Beyrouth, le jour précédent. Peu importe où nous vivons, peu importe notre religion – nous sommes unis. »

7 juillet 2016 : France 2-0 Allemagne, Marseille

En demi-finale de l’EURO 2016 en France, l’Allemagne retrouve le pays hôte dans le dernier carré, après avoir éliminé l’Italie aux tirs au but lors du tour précédent. Deux buts signés Antoine Griezmann (45e sp, 72e) propulsent la France en finale de l’EURO aux dépens d’une Allemagne en manque de réalisme. Le capitaine Bastian Schweinsteiger met fin à sa carrière internationale après cette défaite, et fêtera son jubilé quelques semaines plus tard.

6 septembre 2018 : Allemagne 0-0 France, Munich

Fraîchement sacrée championne du monde pour la deuxième fois de son histoire, l'équipe de France de Didier Deschamps se rend à l'Allianz Arena pour y affronter une Mannschaft en pleine crise. Au Mondial russe, l'équipe de Joachim Löw fut éliminée dès le premier tour, une première dans l'histoire de la Coupe du monde. Après un été difficile, marqué notamment par la retraite internationale de Mesut Özil et une avalanche de critiques, l'équipe d'Allemagne retrouve son public à Munich dans l'objectif de se racheter. Contre toute attente, l'ambiance mise à l'Allianz Arena par les supporters allemands est très belle et les encouragements ne cessent qu'au coup de sifflet final. Un contexte qui ferait presque oublier le déroulé de la rencontre : dominante, l'Allemagne ne parvient pas à faire trembler les filets, la faute notamment à une performance exceptionnelle du gardien français Alphonse Areola, auteur du nombreuses parades décisives.

[dfb]

La Mannschaft et Les Bleus s’affronteront ce soir pour la 31e fois depuis leur première confrontation en 1931. Sur les 30 rencontres précédentes, sept ont offert l’occasion à l’une des deux équipes d’affronter les champions du monde en titre. Le bilan est sans appel : six victoires françaises, un match nul.

Retour sur ces sept matchs pas comme les autres, avant la huitième manche de ce mardi soir, au stade de France de Saint-Denis (coup d’envoi à 20h45), dans le cadre de l'UEFA Nations League.

16 octobre 1954 : Allemagne 1-3 France, Hambourg

86 000 personnes se massent dans les gradins du Niedersachsenstadion de Hanovre, pour assister au premier match à domicile de l’Allemagne de l’Ouest depuis son sacre historique à la Coupe du monde 1954. Sur le terrain, une RFA remaniée, privée notamment de son capitaine Fritz Walter et de son double buteur en finale Helmut Rahn, prend l’eau face aux Bleus de Raymond Kopa. La France s’impose 3-1 grâce à un doublé de Jacques Foix (33e, 55e), entré en jeu à la 27e minute, et un but de Jean Vincent (35e) ; Klaus Stürmer sauve l’honneur sur une frappe en pleine lucarne (75e).

Ce match fut l’occasion pour le sélectionneur Sepp Herberger de lancer dans le grand bain un jeune joueur de 17 ans : Uwe Seeler, futur capitaine de l’équipe d’Allemagne (72 sélections, 43 buts)

28 juin 1958 : France 6-3 Allemagne, Göteborg

La « petite » finale de la Coupe du monde en Suède est largement remportée par la France (6-3). Auteur d’un quadruplé (16e, 36e, 78e, 89e), Just Fontaine marque l’histoire en portant son total à 13 buts depuis le début de cette Coupe du monde 1958 – un record qui demeure inégalé aujourd’hui. Kopa (27e) et Douis (50e) trompent eux aussi le gardien Kwiatkowski, tandis que l’Allemagne inscrit trois buts grâce à Hans Cieslarczyk (18e), Helmut Rahn (52e) et Hans Schäfer (84e).

Ce match est aussi marqué par un mauvais geste de Raymond Kopa sur Horst Szymaniak en début de seconde période. Tombé à terre après un tacle du milieu de terrain allemand, Kopa refuse d’abord la main tendue de Szymaniak ; lorsque ce dernier se retourne, Kopa lui met un coup de genou dans le dos. « Je regrette d’avoir perdu mon sang-froid et de lui être rentré dedans », déclare le joueur français après la rencontre. « Selon moi, les tacles glissés des joueurs allemands n’étaient souvent pas corrects et dangereux. »

23 février 1977 : France 1-0 Allemagne, Paris

Dans un Parc des Princes à guichets fermés, l’équipe de France reçoit l’Allemagne championne du monde - mais pas championne d’Europe, la faute à un certain Antonin Panenka. Les Bleus et leur nouveau meneur de jeu Michel Platini l’emportent 1-0 grâce à un but d’Olivier Rouyer (53e).

Ce match amical fut le dernier de Franz Beckenbauer sous les couleurs de l’équipe d’Allemagne (103 sélections, 14 buts).

27 février 2001 : France 1-0 Allemagne, Saint-Denis

Face à une équipe de France au zénith, championne du monde en 1998 et d’Europe en 2000, l’Allemagne ne fait pas le poids dans ce match amical. Peu de fans et d’observateurs croient en une bonne performance de la Mannschaft, en pleine reconstruction après un EURO 2000 raté. Au Stade de France, Les Bleus se montrent fort heureusement maladroits au moment de concrétiser leurs nombreuses occasions de but : seul Zinédine Zidane (27e) trouve le chemin des filets face à un Oliver Kahn en grande forme. Après la rencontre, le sélectionneur Rudi Völler déclare : « Les Français font des choses en plein match que nos joueurs osent à peine tenter à l’entraînement. »

13 novembre 2015 : France 2-0 Allemagne, Saint-Denis

Aujourd’hui, la France et l’Allemagne se retrouveront pour la première fois au Stade de France depuis la tragédie du 13 novembre 2015. Le soir du match, des attaques-suicides aux abords du stade et des fusillades en plein cœur de la capitale font 130 morts et 413 blessés.

Après la rencontre, l’équipe d’Allemagne décide de passer la nuit au stade, par mesure de sécurité. L’équipe de France décide alors de rester également. « Un grand geste de camaraderie », déclarera alors le président de la DFB, Reinhard Rauball. Des matelas sont installés dans les vestiaires, mais peu de joueurs trouvent le sommeil. Certains discutent, d’autres prient.

« Je ne peux toujours pas y croire », déclarera le capitaine de l’équipe d’Allemagne, Bastian Schweinsteiger. « Je veux adresser mes plus profondes condoléances à toutes les personnes touchées par cette tragédie. Je pense aussi aux morts des attentats de Beyrouth, le jour précédent. Peu importe où nous vivons, peu importe notre religion – nous sommes unis. »

7 juillet 2016 : France 2-0 Allemagne, Marseille

En demi-finale de l’EURO 2016 en France, l’Allemagne retrouve le pays hôte dans le dernier carré, après avoir éliminé l’Italie aux tirs au but lors du tour précédent. Deux buts signés Antoine Griezmann (45e sp, 72e) propulsent la France en finale de l’EURO aux dépens d’une Allemagne en manque de réalisme. Le capitaine Bastian Schweinsteiger met fin à sa carrière internationale après cette défaite, et fêtera son jubilé quelques semaines plus tard.

6 septembre 2018 : Allemagne 0-0 France, Munich

Fraîchement sacrée championne du monde pour la deuxième fois de son histoire, l'équipe de France de Didier Deschamps se rend à l'Allianz Arena pour y affronter une Mannschaft en pleine crise. Au Mondial russe, l'équipe de Joachim Löw fut éliminée dès le premier tour, une première dans l'histoire de la Coupe du monde. Après un été difficile, marqué notamment par la retraite internationale de Mesut Özil et une avalanche de critiques, l'équipe d'Allemagne retrouve son public à Munich dans l'objectif de se racheter. Contre toute attente, l'ambiance mise à l'Allianz Arena par les supporters allemands est très belle et les encouragements ne cessent qu'au coup de sifflet final. Un contexte qui ferait presque oublier le déroulé de la rencontre : dominante, l'Allemagne ne parvient pas à faire trembler les filets, la faute notamment à une performance exceptionnelle du gardien français Alphonse Areola, auteur du nombreuses parades décisives.

###more###