Actus

0-1 à Berlin, fin de série pour la Mannschaft

L’équipe d’Allemagne s’est inclinée à Berlin devant le Brésil (0-1) après 22 matchs consécutifs sans défaite. Gabriel Jesus a inscrit le seul but de la rencontre à la 37e minute. Les joueurs de la Mannschaft n’auront désormais plus que les matchs de leurs clubs pour se montrer avant l’annonce du groupe pour la Coupe du monde 2018, qui sera effectuée le 15 mai prochain par le sélectionneur.

Après la mise au repos de Mesut Özil et Thomas Müller après le match amical contre l’Espagne (1-1) à Düsseldorf, Joachim Löw a modifié son équipe à 7 postes par rapport au match contre l’Espagne vendredi dernier : Trapp - Kimmich, Boateng, Rüdiger, Plattenhardt - Kroos, Gündogan - Goretzka, Draxler, Sané - Gomez. Le capitaine du soir à Berlin était Jérôme Boateng. Natif de la capitale allemande, le défenseur du Bayern porte le brassard de la Mannschaft pour la première fois de sa carrière.

Gabriel Jesus ouvre le score

Face à des Brésiliens biens en place et surmotivés, les hommes de Joachim Löw peinent à se montrer dangereux ; la première occasion, une frappe d’Ilkay Gündogan qui s’envole dans le ciel de Berlin, n’arrive qu’à la 16e minute de jeu. Esseulé en pointe, Mario Gomez se démène pour trouver la faille et est à la réception de plusieurs centres, mais le bon marquage de la défense brésilienne l’empêche de se montrer précis dans la conclusion (23e/29e/41e).

En face, les occasions brésiliennes ne sont pas plus nombreuses mais leur pressing constant fait planer le danger sur le but de Kevin Trapp pendant toute la durée de la première mi-temps. Après des alertes signées Coutinho (14e) et Gabriel Jesus (36e), ce dernier ouvre le score à l’issue d’une action curieuse : suite à une perte de balle de Gündogan dans l’axe, la Seleção fait tourner aux abords de la surface puis centre par l’intermédiaire de Willian. À bout portant, la tête puissante de Gabriel Jesus est d’abord stoppée par Kevin Trapp, mais le gardien du PSG ne repousse pas suffisamment le ballon qui retombe finalement derrière la ligne de but (37e).

Stindl, Brandt et Wagner entrent en jeu

Les hommes de Tite appuient sur l’accélérateur après la pause et mettent l’Allemagne sous pression : Kevin Trapp empêche le Brésil de doubler la mise en repoussant une frappe puissante de Paulinho (54e), Coutinho tente sa chance de loin quelques minutes plus tard mais rate le cadre. À l’heure de jeu, Joachim Löw lance Lars Stindl, Julian Brandt et Sandro Wagner à la place de Leroy Sané, Leon Goretzka et Mario Gomez.

Après ces changements (et celui de Boateng par Niklas Süle quelques minutes plus tard), l’Allemagne remet le pied sur le ballon et domine la fin de la rencontre. Tandis que les centres de Kimmich pour Wagner se multiplient, le Brésil se montre ponctuellement dangereux en contre : Niklas Süle se jette au dernier moment à la 77e minute pour stopper une incursion de Douglas Costa. Malgré les efforts de l’Allemagne, seule une puissante frappe lointaine de Julian Draxler (90e+2) fait vibrer les 75 000 spectateurs du stade olympique avant le coup de sifflet final.

[dfb]

L’équipe d’Allemagne s’est inclinée à Berlin devant le Brésil (0-1) après 22 matchs consécutifs sans défaite. Gabriel Jesus a inscrit le seul but de la rencontre à la 37e minute. Les joueurs de la Mannschaft n’auront désormais plus que les matchs de leurs clubs pour se montrer avant l’annonce du groupe pour la Coupe du monde 2018, qui sera effectuée le 15 mai prochain par le sélectionneur.

Après la mise au repos de Mesut Özil et Thomas Müller après le match amical contre l’Espagne (1-1) à Düsseldorf, Joachim Löw a modifié son équipe à 7 postes par rapport au match contre l’Espagne vendredi dernier : Trapp - Kimmich, Boateng, Rüdiger, Plattenhardt - Kroos, Gündogan - Goretzka, Draxler, Sané - Gomez. Le capitaine du soir à Berlin était Jérôme Boateng. Natif de la capitale allemande, le défenseur du Bayern porte le brassard de la Mannschaft pour la première fois de sa carrière.

Gabriel Jesus ouvre le score

Face à des Brésiliens biens en place et surmotivés, les hommes de Joachim Löw peinent à se montrer dangereux ; la première occasion, une frappe d’Ilkay Gündogan qui s’envole dans le ciel de Berlin, n’arrive qu’à la 16e minute de jeu. Esseulé en pointe, Mario Gomez se démène pour trouver la faille et est à la réception de plusieurs centres, mais le bon marquage de la défense brésilienne l’empêche de se montrer précis dans la conclusion (23e/29e/41e).

En face, les occasions brésiliennes ne sont pas plus nombreuses mais leur pressing constant fait planer le danger sur le but de Kevin Trapp pendant toute la durée de la première mi-temps. Après des alertes signées Coutinho (14e) et Gabriel Jesus (36e), ce dernier ouvre le score à l’issue d’une action curieuse : suite à une perte de balle de Gündogan dans l’axe, la Seleção fait tourner aux abords de la surface puis centre par l’intermédiaire de Willian. À bout portant, la tête puissante de Gabriel Jesus est d’abord stoppée par Kevin Trapp, mais le gardien du PSG ne repousse pas suffisamment le ballon qui retombe finalement derrière la ligne de but (37e).

Stindl, Brandt et Wagner entrent en jeu

Les hommes de Tite appuient sur l’accélérateur après la pause et mettent l’Allemagne sous pression : Kevin Trapp empêche le Brésil de doubler la mise en repoussant une frappe puissante de Paulinho (54e), Coutinho tente sa chance de loin quelques minutes plus tard mais rate le cadre. À l’heure de jeu, Joachim Löw lance Lars Stindl, Julian Brandt et Sandro Wagner à la place de Leroy Sané, Leon Goretzka et Mario Gomez.

Après ces changements (et celui de Boateng par Niklas Süle quelques minutes plus tard), l’Allemagne remet le pied sur le ballon et domine la fin de la rencontre. Tandis que les centres de Kimmich pour Wagner se multiplient, le Brésil se montre ponctuellement dangereux en contre : Niklas Süle se jette au dernier moment à la 77e minute pour stopper une incursion de Douglas Costa. Malgré les efforts de l’Allemagne, seule une puissante frappe lointaine de Julian Draxler (90e+2) fait vibrer les 75 000 spectateurs du stade olympique avant le coup de sifflet final.

###more###